À l’aéroport de Plaisance: une passagère dit avoir été victime de vol

Avec le soutien de
Rita Gowda est tombée des nues en ouvrant ses valises qu’elle a récupérées trois jours après son arrivée à Maurice en juin dernier.

  Rita Gowda est tombée des nues en ouvrant ses valises qu’elle a récupérées trois jours après son arrivée à Maurice en juin dernier.  

Elle ne sait plus vers qui se tourner. Rita Gowda, une Mauricienne établie en Angleterre depuis 14 ans a eu deux mauvaises surprises lors de son dernier passage dans l’île. En effet, ce n’est que trois jours après son arrivée qu’elle a pu récupérer ses bagages. Et elle devait également constater que des objets de valeur qui s’y trouvaient avaient été volés. «Ma famille et moi avons essayé de rentrer en contact avec Air Mauritius pour nous renseigner. Mais personne n’a pu nous aider. Nous ne savons pas vers qui nous tourner pour porter plainte. Du coup, on a décidé de rapporter le cas à la police», a indiqué Rita Gowda.

Cette mère de famille a toutefois confié que c’est la première fois qu’elle voyage à bord d’un avion de la compagnie Saudi Airlines. «Le prix du billet était meilleur et je n’ai pas hésité à l’acheter même si je devais transiter par Riyad. Je suis arrivée à Maurice dans l’après-midi du 30 juin», a-t-elle poursuivi. Toutefois, à l’aéroport on lui a annoncé que ses valises n’étaient pas encore arrivées. «Lorsque j’ai appris que je n’aurai pas mes bagages tout de suite, j’ai commencé à me sentir mal car je souffre de problèmes respiratoires. Mes médicaments se trouvaient dans l’une des valises

Paniquée, Rita Gowda s’est renseignée auprès des employés de l’aéroport. Un cadre lui aurait alors demandé de laisser ses coordonnées et les clés de ses valises. «J’ai trouvé cela bizarre qu’ils ne comptaient pas ouvrir mes valises en ma présence. D’ailleurs, ils m’ont demandé de laisser mon numéro de téléphone et auraient bien pu me contacter pour me dire de venir à l’aéroport», explique-t-elle.

Ce n’est que le 3 juillet qu’elle apprendra que ses valises sont enfin arrivées et que tout le nécessaire serait fait pour les déposer chez elle. «Un transport de l’aéroport est venu à Triolet chez mon beau-frère aux alentours de 22 heures et nous sommes partis récupérer nos bagages en bordure de route.» Toutefois, la mère de famille devait remarquer que ses valises étaient plus légères. «Elles paraissaient quasiment vides et en les ouvrant j’ai constaté que plusieurs objets de valeur avaient disparu.» De poursuivre que «j’avais acheté des cadeaux valant environ Rs 35 000 pour ma famille. Et j’ai aussi remarqué qu’aucune serrure n’avait été forcée et que les valises avaient été ouvertes avec leurs clefs respectives

Si Rita Gowda pensait pouvoir faire plaisir à toute sa famille, tous ses plans sont tombés à l’eau. «Je n’ai jamais eu de souci dans des pays étrangers. C’est triste de se faire voler dans son propre pays.»

Nous avons sollicité le responsable de communication d’Air Mauritius à maintes reprises. En vain.   

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires