Samantha Seewoosurrun, passionnée de médias et de politique

Avec le soutien de
La «Managing Director» d’Acuitas Communications est d’avis qu’il faut davantage de formation dans ce domaine, entre autres.

La «Managing Director» d’Acuitas Communications est d’avis qu’il faut davantage de formation dans ce domaine, entre autres.

Elle a assuré la communication pour le dernier Africa Energy Forum. Elle parle aussi vite qu’un TGV. Cette professionnelle de la communication ne plaisante pas : elle a fait ses études à la prestigieuse London School of Economics (LSE).

Samantha Seewoosurrun, Managing Director d’Acuitas Communications (NdlR, qui a des bureaux à Bruxelles, Londres et Maurice), s’est imposée en peu de temps dans le monde de la communication à Maurice. Acuitas compte déjà une douzaine de clients opérant surtout dans le cercle feutré des sociétés financières. Elle a travaillé sur un projet avec le défunt Board of Investment pour promouvoir le centre financier mauricien en Afrique, Asie et Europe et pour le compte de Global Finance Mauritius. Puis, elle a lancé Acuitas, en 2015 à Maurice, avec la complicité de Simon Nayyar (NdlR, aujourd’hui responsable des opérations d’Acuitas pour l’hémisphère Nord), sentant qu’il y avait un réel besoin pour la communication dans le secteur financier.

D’origine britannique, elle a étudié la politique et les médias à la LSE et le journalisme au City and Guilds of London Institute. Sa persévérance l’amènera à travailler à la House of Commons comme Policy Adviser et SpeechWriter, ainsi que comme Press Officer au Parlement européen.

«J’ai toujours voulu travailler dans le domaine des médias, des affaires et de la politique.» Puis elle décroche un poste au congrès américain, ainsi qu’à l’ambassade britannique à Madrid. Avec cette riche expérience dans les milieux politique/diplomatique britannique et américain, elle se joint à Edelman, une des plus grosses firmes de relations publiques au monde.

Aujourd’hui, elle n’a rien perdu de sa détermination et trace son chemin. Acuitas vient de se distinguer comme Financial and corporate communications agency of the year 2018 pour Maurice, une récompense octroyée par Global Business Insights, qui décerne des prix à travers le monde.

Ses objectifs sont clairs, elle compte une base de clientèle solide, composée de compagnies financières et de conglomérats, mais souhaite développer davantage la communication diplomatique et gouvernementale. Elle y a déjà fait une incursion en travaillant pour la délégation de l’Union européenne à Maurice.

En général, Samantha Seewoosurrun trouve que la communication diplomatique n’est pas suffisamment développée chez nous. Il en va de même pour la communication gouvernementale, qui peut être grandement améliorée, d’autant qu’il n’y a pas beaucoup d’agences de communication internationales. Autre ambition d’Acuitas pour les prochaines années : travailler davantage à promouvoir Maurice en Afrique, surtout dans les domaines financier, technologique et énergétique.

Important de planifier

Au sujet du secteur de la communication à Maurice, la Managing Director d’Acuitas souhaite davantage de formation dans des domaines comme la communication de crise et les réseaux sociaux. En termes de communication financière, elle reconnaît que si Maurice a été victime de plusieurs scandales financiers ces dernières années et de l’étiquette de paradis fiscal, les mesures budgétaires ouvrent une nouvelle ère pour le Global Business, «with no more discriminatory tax regime». La juridiction mauricienne sera plus transparente et cela représentera de la valeur ajoutée pour le futur.

Que dit cette passionnée de communication et de politique de la manière de communiquer des politiciens locaux ? «J’ai travaillé pour le parti conservateur au congrès américain et j’ai appris l’importance de la planification. Dans la politique, comme dans d’autres domaines, il faut respecter une grille de communication pour chaque jour en évitant les conflicting announcements.» Si elle reconnaît que «there is room for a professional approach to communication» dans le domaine politique, elle ne veut pas trop s’y mêler. Elle explique seulement qu’un élu «doit savoir communiquer de manière appropriée tant sur le plan local qu’à l’échelle internationale, sachant ce que l’auditoire veut savoir et savoir donner des messages clés au bon moment».

Et la stratégie de communication du Premier ministre ? «Le mandat d’un élu  se compose en quatre phases. Phase 1 : il entre en fonction et doit comparer son manifeste électoral à ce qu’il va vraiment mettre en oeuvre durant son mandat et communiquer sur ses priorités. La phase 2, il doit communiquer sa stratégie et trouver les fonds nécessaires pour mettre en oeuvre ses projets et communiquer ces informations à la nation. La phase 3 c’est la phase de la mise en application, celle dans laquelle nous nous trouvons actuellement.» Enfin, la phase 4, c’est la phase préélectorale, la phase du bilan, la phase la plus critique pour un gouvernement…

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires