Maltraitance alléguée dans des shelters: «Les lois autorisent-elles l’évacuation nocturne ?»

Avec le soutien de
L’exercice d’embarquement des enfants, hier soir, au shelter de Belle-Rose.

L’exercice d’embarquement des enfants, hier soir, au shelter de Belle-Rose.

Mercredi soir 11 juillet, deux shelters gérés par la Vedic Social Organization, à Belle-Rose et à Paillotte, ont vu leurs pensionnaires évacuées par les officiers du ministère de l’Égalité du genre et par des policiers. Cela, suivant des allégations de maltraitance, émanant d’une pensionnaire d’un de ces abris. Elle avait écrit au ministre de l’Égalité du genre quelques jours plus tôt. Roubina Jadoo-Jaunbocus a diligenté une enquête et hier soir, après un ordre de la cour, les abris ont été évacués. Non sans quelque résistance.

En effet, vers 18 heures, une forte présence policière s’est manifestée au shelter de Belle-Rose. Trois minibus de 15 places chacun attendaient pour récupérer les 24 filles de l’abri, qui sont âgées de 5 à 17 ans.

Ces dernières ne voulaient pas bouger au début. Finalement, revenues à de meilleurs sentiments, les enfants ont quitté l’abri peu après 22 heures, toujours en présence des officiers de police. Le même exercice s’est déroulé au shelter de Paillotte, peu après.

 
 

Mécontentement

Asha Guness, la directrice des shelters, a tenu un point de presse, en faisant part de son mécontentement sur la façon d’agir des autorités, prenant pour cible la ministre de l’Égalité du genre. Elle s’est demandée si les lois protégeant l’enfant autorisent l’évacuation nocturne de ses pensionnaires vers un lieu, pour elle, «inconnu».

Elle a mis en doute les intentions de la ministre. Nous avons appris que les filles ont été relogées dans d’autres abris.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires