Maltraitées dans un shelter: des filles transférées

Avec le soutien de
Les filles seraient battues. [Photo illustration]

Les filles seraient battues. [Photo illustration]

Elles se feraient battre par le personnel du shelter. Elles ne pourraient parler en privé au psychologue car les employés laissent leur téléphone pour enregistrer. Elles seraient dénigrées physiquement et affectivement, toujours ramenées à leur passé. Les enfants n’auraient aucune joie de vivre, entre autres maltraitances. Une pensionnaire d’un shelter situé à Quatre-Bornes a lancé un appel à l’aide. 

Elle a envoyé une lettre au ministère de l'Egalité du genre, quelques jours de cela, pour déplorer les conditions dans cet «abri» pour enfants. «Sak fwa zot dir nou ki noun gagné violé, nou fami pa kontan nou, ki nou ninport, ki nou lesbien», est un exemple de ce que subiraient ces enfants déjà traumatisées par tout ce qu’elles ont subi. 

Roubina Jadoo-Jaunbocus a demandé aux officiers de son ministère de redéployer les filles dans d'autres shelters. 

La ministre a déclaré à l'express : «La protection des enfants est primordiale. Quand on enlève un enfant du toit familial on a le double devoir de veiller à ce qu'il soit en sécurité dans son nouveau milieu. En cas de doute, on le retire.»

Le ministère a initié une enquête.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires