Informatique: un centre de cyberdéfense au cœur d’Ébène

Avec le soutien de
L’équipe du centre est déjà partiellement constituée.

L’équipe du centre est déjà partiellement constituée.

La meilleure défense, c’est l’attaque. Ce dicton s’applique aussi à la cybersécurité. NEC XON, une filiale du géant japonais de l’informatique NEC, et IgKnight Ltd, une société mauricienne opérant dans l’offshore, ont signé un accord, mercredi 4 juillet, pour la mise en place d’un Cyber Defense Operations Centre à Maurice.

C’est le premier centre du genre dans la région. Cette unité basée au Maeva Tower, à Ébène, a été présentée lors de son lancement. La cérémonie de signature d’accord a eu lieu en présence de l’ambassadeur du Japon à Maurice, Yoshiharu Kato, et Vernon Fryer, patron du Cyber Defense Operations Centre de NEC XON en Afrique du Sud.

Maurice a environ 70 menaces de sécurité. Les outils de NEC permettent de prendre connaissance en temps réel des attaques contre Maurice et aussi des sites Web d’hameçonnage. C’est principalement le secteur financier, dont bancaire, qui fait face à ces menaces.

Ce Cyber Defense Operations Centre aura deux objectifs : défendre les frontières de Maurice des cyberattaques et rendre le pays sûr en matière de cybersécurité. Le centre défendra le pays en cas d’attaques, retracera les pirates et pourra communiquer les informations aux autorités. Grâce à la collaboration de NEC XON, l’algorithme de détection et de défense utilise l’intelligence artificielle et le Machine Learning pour protéger nos frontières.

Shaan Kundomal, Chief Executive Officer de Capital Horizons Ltd, qui est aussi un des directeurs d’IgKnight Ltd, fait remarquer à l’express que Maurice est un centre financier important. «Il y a des données en jeu. Il y a aussi de la réputation du hub. Ce centre va se concentrer sur les solutions à apporter aux entreprises pour être ‘compliant’ avec les principes de cybersécurité.»

Un autre aspect concerne la prévention et la détection des attaques. «Notre priorité est de protéger nos clients qui sont vulnérables. D’ailleurs, en matière de protection de données, on va accompagner les entreprises», explique Shaan Kundomal.

Selon lui, une partie du recrutement a été faite. Le transfert de technologie va se faire incessamment pour le début des opérations. NEC possède déjà des installations de cyber-opérations au Japon, à Singapour, en Australie, au Brésil et en Afrique du Sud. Deux autres vont voir le jour, au Nigeria et au Sénégal

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires