Le Morne: ces sentiers inexplorés…

Avec le soutien de
L’accès à la montagne du Morne a été ouvert depuis 2016 mais d’autres projets sont souhaités.

L’accès à la montagne du Morne a été ouvert depuis 2016 mais d’autres projets sont souhaités.

Dix ans depuis que Le Morne est patrimoine mondial. Ce «paysage culturel» a été inscrit sur la liste de l’Unesco le 8 juillet 2008. Si tous ceux qui se sentent d’attaque peuvent escalader la montagne, il existe des sentiers qui n’ont pas encore été explorés.

Véronique Leu-Govind, ex-présidente du Morne Heritage Trust Fund, affirme : «C’est malheureux mais les villageois ne sont pas inclus dans le développement de ce patrimoine.» Elle déplore que le site ne génère pas d’emplois «pou dimounn landrwa». Que ce soit en termes de guides, de vendeurs de fruits ou de marchands de «manzé lontan». Pourtant, la clientèle est là, vu le nombre de visites, dit-elle.

L’ex-présidente soutient que durant son mandat, il avait aussi été question d’animations pour attirer davantage de visiteurs, tout en faisant profiter les habitants. Par exemple, une soirée de séga autour d’un feu de camp, les vendredis et samedis soir.

Edley Chimon, lui aussi ancien président du Morne Heritage Trust Fund, se demande, pour sa part, où en est le projet de centre d’interprétation du marronnage. Il s’agit du pendant du musée de l’esclavage, qui doit éventuellement voir le jour à Port-Louis. Un terrain de cinq arpents a déjà été identifié pour la construction du centre d’interprétation, vis-à-vis des bureaux du Village Council.

Edley Chimon veut en outre savoir pourquoi les locaux du Trust Fund, anciennement sur la route principale du Morne, ont été transférés à La Gaulette et pourquoi un autre bureau a été ouvert dans la capitale. S’agissant de l’accès à la montagne – ouvert depuis 2016 – Edley Chimon estime que cela s’est fait «sans planification».

«Avec l’expert de l’Unesco, François Oodendaal, nous avions travaillé sur un trail de Henrietta à La Gaulette.» Il rappelle qu’un plan quinquennal 2014-2019, concernant le développement du village, a été avalisé. Avant de déplorer le manque d’infrastructures dont souffre le village. Selon lui, le Morne a «pris du retard».

Interrogé quant à ses projets, Armand Tadebois, l’actuel président du Morne Heritage Trust Fund, dit attendre que le Budget 2018-19 soit voté. L’objectif est d’aménager un village touristique, qui serait une valeur ajoutée à l’activité d’escalade de la montagne.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires