Blanchiment d’argent présumé: libéré, le couple Bolaki-Nobeeboccus réclame justice

Avec le soutien de
Aniisah Bolaki et Sameer Nobeeboccus récusent toute implication dans un quelconque trafic de drogue.

Aniisah Bolaki et Sameer Nobeeboccus récusent toute implication dans un quelconque trafic de drogue.

«Koné bien avan met tas. Sé répitasion enn dimounn ki ou pé met en jeu…» Libérés sous caution vendredi 6 juillet, après presque une semaine en cellule, Aniisah Bolaki et son époux Sameer Nobeeboccus, qui font l’objet d’une accusation provisoire de blanchiment d’argent, réclament justice.

Le couple a été intercepté dimanche 1er juillet, à l’aéroport, avec Rs 3 millions sur lui. Mari et femme s’apprêtaient à prendre l’avion. Une fouille de leur maison avait mené à la saisie de Rs 58 millions par les limiers de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) et l’équipe de l’assistant surintendant de police Hector Tuyau. L’argent est soupçonné provenir d’un trafic de drogue.

«Mo kas prop», martèle Aniisah Bolaki, 31 ans. «Nou pa dakor kan dimounn vinn dir ki sé kas ladrog. Dimé li kapav nimport kisann-la», lance la jeune femme. Depuis qu’elle a été libérée, la trentenaire n’a qu’une idée en tête : laver son honneur. «Zournal finn koz boukou manti. Mo pa dakor ek sa. Zot finn fer nou la fami boukou ditor. Nou pou fer boukou lapriyer pou ki éna enn lalimier.»

«Nou finn trimé la nwit lizour pou ki zordi nou ariv kot nou été. Sa ou kapav démann nimport ki dimounn.»

Sameer Nobeeboccus, 35 ans, ne compte pas en rester là non plus. «Nou finn trimé la nwit lizour pou ki zordi nou ariv kot nou été. Sa ou kapav démann nimport ki dimounn», déclare-t-il. D’ajouter que sa femme et lui ont travaillé durant les dernières années sept sur sept, de 7 heures à 21 heures. «Mo pa finn amenn rol boss asizé dan biro. Mo finn édé pou débark konténer, mo finn fer zis tou.»

Des employés venus rendre visite au couple confirment ces dires. «Mo la dépi plizir lané, mo konn zot bien. Zot pa ladan zot», disent-ils. «Zot dir fer trafik ladrog, kifer pa finn gagn nanyé zamé ?» demandent les proches.

Sabina Nobeeboccus, la mère de Sameer, est aussi très affectée par les récents événements. «Je suis malade, mon cœur ne tient plus», lâche-t-elle. Elle peine à croire que son fils puisse être impliqué dans un trafic de drogue. «Non, sa li imposib. Mo ti pou koné sinon», pleure-t-elle.

«Mo kas prop. Nou pa dakor kan dimounn vinn dir ki sé kas ladrog. Dimé li kapav nimport kisann-la.»

Comment expliquer les Rs 3 millions retrouvées sur eux dans ce cas ? Sabina Nobeeboccus soutient que le couple était en projet de construction. «Zot ti pé alé pou aster zot bann zafer. Pou kav méblé zot lakaz. Boukou dimounn fer sa aster», avance-t-elle. Outre le bâtiment à huit étages situé à la rue Paul et Virginie, le couple Nobeeboccus-Bolaki est en train de construire une maison près de la piscine de Plaine-Verte.

Quid des Rs 58 millions ? Le couple indique qu’il répondra en temps et lieu à toutes les questions. «Nou pé désid pou fer enn konférans. Lerla nou pou koz tou», répond la famille.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires