Transfert de bail: Soodhun lâché par le Premier ministre ?

Avec le soutien de
Showkutally Soodhun ne lâche pas le ministre saoudien de l’Intérieur qui arrive au PMO, hier.

Showkutally Soodhun ne lâche pas le ministre saoudien de l’Intérieur qui arrive au PMO, hier.

Si le ministre mentor a été le premier à réagir en menaçant la presse de poursuites, dimanche, au niveau du bâtiment du Trésor, c’est silence radio. Dans l’entourage du Premier ministre, le présent scandale impliquant le président du Mouvement socialiste militant (MSM) est considéré comme une affaire de trop.

Showkutally Soodhun est accusé d’être intervenu en faveur de son fils, en 2015, alors qu’il était ministre du Logement et des terres pour que la société au nom de son fils Umeir Soodhun obtienne un bail d’une durée de 60 ans sur 2 000 m2 de Pas géométriques, à Grand-Baie. La propriété, pieds dans l’eau, a ensuite été vendue à des promoteurs chinois pour Rs 48 millions.

Les allégations provoquent un malaise entre le Premier ministre, Pravind Jugnauth, et le député du no 15, La Caverne-Phoenix, qui n’en est pas à ses premières «frasques». Dans les milieux concernés, on juge, en revanche, que le moment est mal choisi pour écarter Showkutally Soodhun surtout avec la présence du prince saoudien Abdulaziz Bin Saud Bin Nayef Bin Abdulaziz Al Saud qui est arrivé à Maurice, dimanche soir, pour une visite officielle de trois jours. Le ministre de l’Intérieur de l’Arabie saoudite et sa délégation ont d’ailleurs été accueillis à l’aéroport de Plaisance par le ministre des Affaires étrangères Vishnu Lutchmeenaraidoo et Showkutally Soodhun.

L’ex-ministre ne manque pas une occasion de rappeler que la générosité des Saoudiens envers les Mauriciens a été possible grâce à ses «liens privilégiés» avec le prince Salmane. Que ce soit pour les visas additionnels dans le cadre du pèlerinage des Mauriciens à La Mecque, la cargaison de produits pétroliers de l’Arabie saoudite alors que l’on craignait une pénurie l’année dernière ou l’annonce qui vient d’être faite au sujet du financement de la construction du nouvel hôpital de Flacq.

Showkutally Soodhun qui s’autoproclame représentant d’une certaine section de la population au gouvernement sera-t-il pour autant épargné ?

Considéré davantage comme un inconditionnel de sir Anerood Jugnauth qu’un proche de Pravind Jugnauth, Showkutally Soodhun avait déjà brandi la menace de démissionner comme député. C’était suivant l’affaire des propos à fort relent communal qui avait conduit à sa démission en tant que vice-Premier ministre et ministre du Logement et des terres en novembre 2017.

Il avait fallu toute la persuasion de sir Anerood Jugnauth à l’époque pour éviter que le MSM se retrouve avec une partielle sur les bras. C’est pour cette raison mais également pour des calculs sociologiques que le bureau du Premier ministre tentera de temporiser et de sauver les apparences, du moins pour encore quelques mois. Le président du MSM devrait ainsi bénéficier d’un soutien de façade. «Il n’y a pas de maldonne pour l’heure contre Showkutally Soodhun, ce ne sont que des demi-vérités rapportées dans la presse», déclarait hier un conseiller du Premier ministre.

En tout cas, nos informations soulignent que dans le cas de figure d’une alliance avec le Mouvement militant mauricien pour les prochaines élections générales, Showkutally Soodhun ne devrait pas faire partie de l’équation.

Questions à Me Robin Appaya: «J’ai expliqué qu’il ne fallait pas que le ministre ait un droit de regard»

Me Robin Appaya, ex-conseil juridique du ministère du Logement et des terres.

Vous auriez chapeauté le dossier du bail d’Umeir Soodhun en 2015. Pourtant, vous n’avez pas cette prérogative en tant que Legal Advisor…

Je n’ai jamais dit cela. Ce sont les fonctionnaires qui gèrent ces dossiers et qui prennent des décisions. En tant que conseil juridique du ministère, j’ai simplement expliqué qu’il ne fallait pas que le ministre ait un droit de regard sur le dossier puisqu’il s’agissait de son fils et cela, pour qu’il n’y ait pas de conflit d’intérêts.

Mais le ministre ne doit-il pas donner son aval quand il s’agit d’une «state land» ?

Showkutally Soodhun n’a pas donné de bail à son fils. Ce terrain, ils l’ont acheté en 2007. Il a vendu ses parts en 2012 et a entamé la conversion du bail existant en un bail industriel. Cette conversion a été approuvée par le ministre Abu Kasenally… De plus, Umeir Soodhun n’avait pas besoin de la permission du ministre pour le transfert du bail en 2015 et cela, puisque le projet était déjà opérationnel.

Vous dites cela mais nous savons tous comment cela se passe…

Pourtant tous les documents sont là pour le prouver.

Quelles sont, donc, les procédures ?

Ce sont les fonctionnaires qui gèrent les demandes et qui font les premières procédures administratives. Ensuite, les Planners et les Surveyors entrent en jeu. Quand le dossier est ficelé, il va au Senior Chief Executive ou au Permanent Secretary et ensuite au ministre. Là, j’ai conseillé que le ministre n’ait aucun droit de regard.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires