Employés licenciés de la CWA: «Nou finn met tou dan lamin Atma Shanto»

Avec le soutien de
Rajesh Bodee a travaillé pendant presque 15 ans à la CWA.

Rajesh Bodee a travaillé pendant presque 15 ans à la CWA.

Deadlock. Les 150 employés licenciés de la Central Water Authority (CWA) le 31 mai ne voient toujours pas la lumière au bout du tunnel. Et la situation est telle qu’Atma Shanto, leur négociateur syndical, a décidé de passer à l’offensive. Une grève de la faim est prévue à partir du lundi 9 juillet.

Les General Workers licenciés ne comprennent toujours pas pourquoi ils ont été mis à la porte et d’autres employés recrutés à leur place. Et si le Premier ministre adjoint, Ivan Collendavelloo, a indiqué, lors de la Private Notice Question du leader de l’opposition, le samedi 23 juin, que «certains cas seraient revus», ils sont sceptiques.

Rajesh Bodee, père de deux adolescents âgés de 19 ans et 15 ans, est de ceux-là. Depuis sa mise à pied, l’homme de 53 ans vit dans l’angoisse. Il dit ne pas savoir comment subvenir aux besoins de sa famille. «Mo sitiasion pa fasil ditou.»

L’habitant de l’Espérance-Trébuchet dit ignorer la raison pour laquelle il a été congédié. «Kapav éna politik ladan. Mé selman li enn mové désizion. Dimounn pé soufer ar sa», déplore le quinquagénaire. «Éna boukou papa, kouma mwa, ki pankor mem fer lavénir zot zanfan», ajoute-t-il. 

«Nou ti rant lor kontra kouma bann lézot travayer. Mé selman sak fwa zot finn rénouvlé nou kontra parski mo koné mo ti pé fer mo travay bien.»

Rajesh Bodee avoue qu’il a du mal à fermer l’œil de la nuit. «Mo éna dé zanfan ki pé ankor aprann ek mo madam pa travay.» Avant de décrocher ce travail à la CWA, il enchaînait les petits boulots pour joindre les deux bouts. Il croyait avoir enfin trouvé un job stable, qui l’aiderait à subvenir aux besoins de sa famille durant les prochaines années. D’ailleurs, il allait fêter ses 15 ans d’embauche cette année. «Mo’nn travay kouma labourer ek lor kamion délo. Avan mo ti Rouillard, lerla mo’nn al La Nicolière. Gras a sa travay-la mem mo’nn grandi mo bann zanfan, get mo fami.» 

Malgré des débuts difficiles et un salaire dérisoire, il gardait espoir que cela s’arrangerait. «Nou ti rant lor kontra kouma bann lézot travayer. Mé selman sak fwa zot finn rénouvlé nou kontra parski mo koné mo ti pé fer mo travay bien.» Avant d’être licencié, il touchait Rs 8 200 comme salaire de base. Avec les heures supplémentaires, il pouvait rentrer à la maison avec Rs 10 000, voire Rs 15 000. 

Maintenant, Rajesh Bodee ne sait plus à quel saint se vouer. Mais il ne compte pas baisser les bras. «Nou finn met tou dan lamin Atma Shanto, nou sindikalis, ek nou espéré ki gouvernman pou réalizé ki zot pé mal fer.» 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires