Elliote Lagaillarde: «Je ne me voyais pas rester assis derrière un bureau»

Avec le soutien de

Il ne lui a pas fallu longtemps pour découvrir sa vocation. À l’âge de 19 ans, Elliote Lagaillarde savait déjà qu’il serait coach personnel. Six ans après, le jeune homme a réalisé son ambition. Et des projets, il en a plein la tête.

Il exerce actuellement dans une salle, qui lui a été prêtée par la paroisse de Notre Dame des Anges, à Providence, Bois-des-Amourettes. Tous les équipements dans la salle, il les a lui-même achetés. Le chemin pour en arriver là a toutefois été long.

Malgré sa passion pour le sport, Elliote étudiera, pendant trois ans, l’économie d’entreprise et l’analyse des investissements. Le cœur toutefois n’y est pas. «Je ne me voyais pas rester assis derrière un bureau.»

Le jeune homme change alors du tout au tout. Et entame une formation en sport au Mauritius Institute of Education. Mais alors qu’il filait droit au but, Elliote est brutalement freiné. Sa mère tombe malade et il doit tout arrêter. Pas pour longtemps, toutefois.

Entraîneur personnel

Déterminé, il prend des cours à distance. Jusqu’à obtenir le précieux sésame : une certification, en tant qu’entraîneur personnel, de l’International Sport Science Association. Aujourd’hui, Elliote pratique une variété de disciplines, dont le kickboxing, le Muay Thai et l’athlétisme. Et ni les blessures, ni les difficultés à trouver du travail n’ont freiné son ambition. «Je suis passionné, c’est ce qui me motive à continuer.»

Cette passion et cette motivation, il les puise surtout de son père, Amédeo Lagaillarde. Elliote confie que ce dernier a été une source d’inspiration pour lui. Sportif à la carrière longue de 35 ans, il a été le premier à introduire le kickboxing dans le Sud. Amédeo Lagaillarde ne cache pas sa joie devant la réussite de son fils. «Aujourd’hui, mon fils m’aide énormément. Quand je me sens découragé, lui, il fonce.»

Elliote a trois objectifs désormais: réussir à courir les 400 mètres en 48 secondes, lors du Championnat de Maurice, dans deux semaines. Aussi, avoir son propre gymnase et aider davantage ses parents.

Père et fils ont, en outre, des projets afin d’attirer les jeunes vers la pratique du sport. Pour Elliote, il est important de leur montrer la voie et de leur dire de ne pas baisser les bras. «La vie n’est pas facile… Mais si vous avez une passion, persévérez. C’est important de vivre votre rêve et non celui des autres. Les gens vous décourageront toujours. C’est à vous de vous motiver.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires