Use of Pesticide Bill: opposition et majorité presque sur la même longueur d’onde

Avec le soutien de
Selon Alan Ganoo ce projet de loi va permettre à la nation de se responsabiliser.

  Selon Alan Ganoo ce projet de loi va permettre à la nation de se responsabiliser.  

C’est un projet de loi longtemps attendu. Le Use of Pesticide Bill a été présenté en seconde lecture le vendredi après-midi 29 juin. Il ressort que les députés de l’opposition et les membres de la majorité étaient plus ou moins sur la même longueur d’onde.

Rajesh Bhagwan, du Mouvement militant mauricien, et Malini Sewocksingh, du Parti mauricien social-démocrate, ont affirmé être pour le projet de loi. Ils ont néanmoins réclamé certains éclaircissements, comme sur la formation des planteurs et l’éducation des consommateurs, l’efficacité des laboratoires qui analyseront les légumes.

«Nous avions un contrôle basique et superficiel. Ce projet de loi vient combler une lacune, un vide juridique», a, pour sa part, déclaré Alan Ganoo, député du Mouvement patriotique. Il a souligné que ce projet de loi propose la mise sur pied d’un régulateur et des sanctions. Concernant la traçabilité, il a voulu savoir quelle disposition est utilisée afin de rendre le contrôle plus «précis, juste et cohérent». Il est d’avis que ce projet de loi va permettre à la nation de se responsabiliser.

Quant au travailliste Osman Mahomed, il a avancé que la définition de laboratoire par le ministère de l’Agro-industrie est vague. Selon lui, tous les laboratoires sont connus pour faire des analyses de pesticides. «Ils sont dignes de confiance, fiables et à jour

Du côté de la majorité, Sunil Bholah a félicité son collègue pour avoir introduit ce projet de loi. Il a fait ressortir qu’il fallait avant tout protéger les Mauriciens. Si pour la Parliamentary Private Secretary (PPS) Marie-Claire Monty, les abus sont légion, ce projet de loi est une mesure «sécuritaire qui se veut réglementaire et régimentaire». Selon elle, il faudrait un contrôle «strict, continu et suivi».

Sommeil

Quant au PPS Deepak Benydin, il a indiqué qu’il faut un mécanisme de contrôle strict pour les fruits et les légumes importés. Le député Buisson Leopold a, lui, parlé de réduire notre dépendance au pesticide et de se préparer à se tourner vers une agriculture durable. C’est Zouberr Joomaye qui a clôturé les débats. Il a longuement parlé de l’incidence des pesticides sur le cancer.

Si la PNQ a fait sourire plus d’un, il n’y avait pas un gros intérêt lors des débats sur le Use of Pesticide Bill. Certains sommeillaient, d’autres étaient plongés dans la lecture et il y avait des brins de causette entre voisins. Bref, la fatigue se faisait sentir.

L’Assemblée nationale reprend mardi prochain avec des questions parlementaires pour le Premier ministre et des ministres.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires