Prescription de drogues dangereuses: le médecin parle de «menaces des toxicomanes»

Avec le soutien de
Le médecin était accusé d’avoir prescrit à un patient des drogues dangereuses, contre paiement, à quatre reprises.

  Le médecin était accusé d’avoir prescrit à un patient des drogues dangereuses, contre paiement, à quatre reprises.  

Ce médecin privé l’a échappé belle. Faisant l’objet de quatre accusations de «Prescribing dangerous drugs as acts of complaisance», il a obtenu le bénéfice du doute, en cour intermédiaire, le mercredi 27 juin.

Il était accusé d’avoir, les 1er et 2 octobre 2009, prescrit des drogues dangereuses à un patient, alors qu’il n’était pas convaincu que ce dernier en avait vraiment besoin. Pour ce faire, il avait reçu un paiement de Rs 300. Il aurait récidivé à trois reprises. Le médecin avait été arrêté par l’Anti-Drug and Smuggling Unit.

Dans son jugement, la magistrate Darshana Gayan a pris en considération le fait que le médecin avait plaidé non coupable. Aussi, que l’un des témoins avait indiqué en Cour, que l’accusé ne prescrivait, généralement, pas plus de médicaments que nécessaires, selon l’état de santé du patient. «La Cour note également l’absence d’un des témoins et vous accorde le bénéfice du doute.»

«En tant que médecins privés, nous sommes parfois contraints de prescrire des médicaments. Les ‘patients’ ou les gens qui nous approchent nous menacent et exigent qu’on leur remette des ordonnances...»

À sa sortie du tribunal, le médecin, dont le cabinet se trouve à Quatre-Bornes, a confié qu’il reçoit souvent la visite de toxicomanes. «En tant que médecins privés, nous sommes parfois contraints de prescrire des médicaments. Les ‘patients’ ou les gens qui nous approchent, même sur rendez-vous, nous menacent et exigent qu’on leur remette des ordonnances», lâche-t-il.

N’empêche, il persiste n’avoir rien fait de mal. «Ce sont des allégations non-fondées. Ma famille et même mes confrères m’ont soutenu.» D’ailleurs, tout au long du procès, il soutient avoir gardé confiance dans la justice. «Je ne me suis pas laissé abattre car je savais que la justice triompherait.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires