Dr Suleiman Shimjee: «L’homme ne considère pas sa santé comme une priorité»

Avec le soutien de
Dr Suleiman Shimjee, endocrinologue.

Dr Suleiman Shimjee, endocrinologue.

La Clinique Fortis Darné, située à Floréal, dédie le mois de juin à la santé des hommes. Le Dr Suleiman Shimjee, endocrinologue, nous éclaire sur le sujet.

Nous avons tendance à penser que c’est la femme qui est davantage sujette aux maladies. Est-ce vrai ?

Les maladies auto-immunes sont en effet plus fréquentes chez les femmes, mais comparativement aux hommes, les femmes font davantage attention à leur santé. Elles ont moins de mal à se décider à rechercher un avis médical.

Pourquoi, selon vous, les hommes sont plus réticents à consulter un médecin et comment peut-on inverser cette tendance ?

En règle générale, l’homme ne considère pas sa santé comme une priorité. Il y a aussi la crainte d’affronter un examen médical ou la gêne d’être interrogé sur son état de santé ou encore de se confier à un médecin. Mais il faut que les hommes comprennent que c’est une étape à franchir, car c’est la meilleure façon de prévenir des complications, en particulier les troubles cardio-vasculaires, le diabète et le cancer.

Quelles peuvent être les conséquences du refus de se faire ausculter ou de le faire tardivement ?

Quand on sent que quelque chose ne va pas, qu’on a des symptômes inquiétants mais que l’on tarde à consulter, cela peut entraîner des complications graves et même des situations irréversibles dans le cas d’un cancer par exemple.

Quelles sont les maladies les plus fréquentes chez l’homme et comment les prévenir ?

Ce sont les maladies cardiovasculaires, le diabète, le cancer du poumon, celui de la prostate, la dépression et la dysfonction érectile, entre autres. Pour les maladies cardiovasculaires, il faut faire des analyses de sang régulières pour contrôler le cholestérol et le diabète, s’adonner à des activités physiques régulières, arrêter la cigarette et avoir une nutrition saine et équilibrée. Le même style de vie est recommandé aux diabétiques. Pour le cancer du poumon, autre maladie qui touche particulièrement les hommes fumeurs, il suffit de supprimer la cigarette. Quant au cancer de la prostate, un dépistage précoce, voire une consultation médicale, n’est jamais de trop. À ceux qui sont affectés par la dépression, il est souvent recommandé de solliciter le soutien de l’entourage. En dernier lieu, il ne faut pas oublier la dysfonction érectile, pour laquelle l’avis du médecin est primordial, car elle peut résulter d’une mauvaise santé des vaisseaux sanguins, indiquant des risques de troubles cardiaques.

Quelles sont les maladies spécifiques à l’homme et leurs conséquences ?

En sus de la dysfonction érectile, on peut aussi parler de l’hypertrophie bénigne, le cancer de la prostate, le cancer du testicule, l’hydrocèle testiculaire, soit un épanchement de liquide dans la poche entourant les testicules, et la cryptorchidie, qui se traduit par l’absence de l’un ou des deux testicules dans le scrotum.

Quel est le constat du cancer chez les hommes ?

Les types de cancer les plus communs chez les hommes sont les cancers de la prostate, du poumon, le cancer colorectal et celui de la vessie.

Y a-t-il un âge spécifique où un homme doit faire plus attention à sa santé et pourquoi ?

Pour la pression artérielle et le diabète, les premiers tests doivent être effectués dès l’âge de 25 ans, voire plus tôt, si le patient est en surpoids et présente de forts antécédents familiaux. Un homme de 35 ans devra pour sa part faire un bilan lipidique et un test cardiovasculaire. À l’âge de 50 ans, il est recommandé de faire un dépistage pour les cancers de la prostate et colorectal. Il est aussi conseillé de le faire plus tôt en cas d’antécédents familiaux de cancer.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires