New Mauritius Hotels: guerre ouverte entre les anciens employés et l’administration

Avec le soutien de
Les anciens employés ont manifesté devant les locaux de Beachcomber, à Curepipe, le vendredi 15 juin.

Les anciens employés ont manifesté devant les locaux de Beachcomber, à Curepipe, le vendredi 15 juin.

Leur revendication et leur colère contre New Mauritius Hotels Ltd (NMH), qui gère la chaîne d’hôtels Beachcomber, restent les mêmes. C’est du moins ce qu’affirme Marco Alphonse, porte-parole des anciens employés, regroupés en association. Ce, plus d’une semaine après la manifestation de ces retraités devant les locaux de Beachcomber, à Curepipe, le vendredi 15 juin. De son côté, NMH réfute les allégations contre elle.

Questions à… Marco Alphonse, porte-parole de l’Association des retraités

Quelles sont les réclamations des anciens employés de la NMH ?

Nous en avons plusieurs. Nous avons demandé que les retraités soient exemptés de toute augmentation  de leur contribution au plan d’assurance-maladie. Mais on ne nous a pas écoutés.

Nous avons aussi fait une requête pour que le virement soit fait les 28 ou 29 du mois et non le 20, comme c’est actuellement le cas. Notre 13e mois a été déduit de nos salaires par le fonds de pension quand nous étions en service. Nous avons réclamé par la suite notre 13e mois mais nous avons essuyé un refus total de NMH Ltd. Celle-ci a argué que le 13e mois est inclus dans le montant de notre pension. Or, jamais on nous avait fait savoir que tel est le cas.

Nous avons également demandé à bénéficier  d'un tarif forfaitaire pour le déjeuner, dîner ou week-end passé dans les hôtels du groupe. Cependant depuis mars 2017, nous n’avons pas reçu de réponse à notre requête.

La direction aurait pris de nouvelles mesures par rapport aux allocations qu’elle donnait auparavant…

C’est en tout cas ce qu’a fait comprendre Gilbert Espitalier-Noel lors de l’assemblée générale, le 26 mars. Il a dit qu’il n’allait pas nous gâter comme l’ancien board et même qu’il ne reconnaît pas l’Association des retraités.

Vous parlez de «maldonne» dans le fonds de pension à hauteur de plus de Rs 700 millions. Ce sont de graves accusations.

Tant que nous n’aurons pas d’explications, nous parlerons de maldonne. Dans le rapport annuel de 2017, les deux auditeurs ont fait mention d’un shortfall de Rs 716 millions. Nous avons évoqué le sujet lors de l’assemblée générale du 26 mars. Personne n’a voulu nous répondre... Quand vous pensez que la NMH reçoit des bénéfices alors que nous demandons seulement que notre dynamisation annuelle soit payée…

NMH  : «Aucune fermeture du fonds de pension»

La direction de NMH n’a pas tardé à réagir face aux «allégations» et revendication des retraités. Dans un communiqué publié récemment, elle a fait comprendre qu’elle s’est expliquée avec l’association des retraités à plusieurs reprises. D’emblée la direction fait savoir qu’il n’y a «aucune ‘fermeture du fonds de pension’».

La compagnie indique qu’en 2015, elle est passée à un «defined contributions scheme» pour ses nouveaux employés. Le Management Committee du fonds continue de gérer celui-ci avec professionnalisme, affirme-t-elle.

Parlant de la dynamisation du fonds de pension, la direction avance qu’elle suit les recommandations de l’actuaire du fonds. Et qu’aller à l’encontre de ses recommandations «mettrait en péril la viabilité du fonds et sa capacité à honorer ses engagements envers ses membres». «Les montants payés aux pensionnés peuvent être augmentés de 0 à 3 % annuellement.»

L’actuaire procédera à une nouvelle évaluation du fonds en septembre et soumettra de recommandations au Management Committee. «A la lueur de celles-ci, le comité décidera si une augmentation sera accordée à partir de 2019. Encore une fois, le comité agira strictement selon les recommandations de l’actuaire.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires