Prix de la bière Phoenix: pourquoi on trinque davantage à La Réunion

Avec le soutien de
Cette photo montrant les prix à Maurice et à la Réunion a fait le buzz sur les réseaux sociaux.

  Cette photo montrant les prix à Maurice et à la Réunion a fait le buzz sur les réseaux sociaux.  

De quoi soûler les consommateurs mauriciens. Une photo, postée sur Facebook, n’a pas manqué de faire le buzz la semaine dernière. Elle montre le prix d’un pack de «nou labier», qui se vend à moins cher à La Réunion que dans «nou péi». Pourquoi trinque-t-on davantage ? On a soif de réponses.

Sachez, tout d’abord, que si vous êtes en voyage à La Réunion et que vous avez soif d’une petite Phoenix, il faudra débourser environ 75 centimes d’euros, soit Rs 30. Alors qu’à Maurice, il faudra dépenser Rs 38 pour une cannette. «À Jumbo Réunion, le prix de six cannettes de 330 ml chacune est de 4,32 euros, soit environ Rs 180. À Maurice, cela coûte Rs 228. Et à la boutique hors taxes, cela revient à 5,90 euros, donc d’environ Rs 238. Nos voisins réunionnais paient moins cher ce produit made in Moris que les Mauriciens eux-mêmes», commente un Internaute. Un autre s’insurge contre «l’irrationalité du marché».

Est-ce là une tempête dans un verre de bière ? Patrick Rivalland, Chief Operations Officer et Chief Financial Officer de Phoenix Beverages, souligne que les bières et cigarettes sont impactées significativement par les taxes à Maurice. «D’une région à l’autre, les prix varient en fonction des taxes appliquées. Par exemple, à Maurice, à peu près 50 % du prix est constitué de taxes. Et à la Réunion, les taxes sur les bières sont inférieures comparées aux taux mauriciens.»

En fait, trois taxes sont appliquées à Maurice sur la canette de bière. D’abord, il y a l’excise duty, qui est de Rs 39,60 pour le litre de bière. «Donc, pour une cannette, nous divisons ces frais au prorata, soit par trois», confirme Amick Teeluckdharry, Assistant Director du département de Taxpayers Education and Communication à la Mauritius Revenue Authority (MRA).

Deuxièmement, il faut ajouter Rs 2 de taxe pour la cannette elle-même et, enfin, la taxe à valeur ajoutée de 15 %. «Par contre, à la Réunion, la TVA est d’environ 8,5 %. Ensuite, il y a une taxte sur l’éco-emballage, qui est insignifiante, et le ‘droit d’alcool’ de 7,42 euros par hectolitres et degré d’alcool, ce qui est moins qu’à Maurice. Que ce soit l’Inde, l’Australie, chaque pays a sa structure relative aux taxes», renchérit Patrick Rivalland. Généralement, la Réunion représente environ 6 % en termes de part de marché, soutient-il.

De plus, il n’y a pas de taxe appliquée à l’exportation, poursuit le responsable de la MRA. «Du coup, il se peut que les Réunionnais achètent la bière à moins cher et avec les taux inférieurs en ce qui concerne la taxe, le prix pratiqué peut être plus bas.» Les marges des commerçants et l’application du prix recommandé influencent également les tarifs.

Combien ça coûte ailleurs

Dans le monde, notre bière semble valoir son pesant d’or. D’après Blake Proud, «Business Development Executive» chez Direct Brand Distributors, en Australie, le pack de six bières coûte 14,99 dollars australiens, ce qui revient à environ Rs 525. Ceci revient à Rs 87,50 l’unité. «Le gouvernement australien dispose d’un taux d’imposition nettement plus élevé qu’à Maurice», confie-t-il. En Europe, la bière mauricienne se vend en quelques clics. En effet, en France, la bouteille de 330 ml est commercialisée sur le site «saveur-biere.com» à 2,60 euros, soit à Rs 105,20. Quant à l’Angleterre, c’est sur «amazon.co.uk» que l’on peut acquérir ce breuvage. Vendue à la douzaine de bouteilles de 330 ml, la bière affiche un prix de 24,66 livres avec une livraison gratuite, ce qui équivaut à Rs 94,50 l’unité. Au Luxembourg, le site «Christiesshop» commercialise la bouteille à 2 euros, soit de Rs 80,90.

Le mircro-trottoir

Arnaud Lacase, DJ en Australie *

«J’organise des événements mauriciens dans les clubs, à Melbourne, où l’on commercialise la Phoenix. Elle coûte plus cher que les autres marques. Mais tout de même, je pense qu’à Maurice, le prix aurait dû être inférieur qu’à celui pratiqué à la Réunion.»

• Ashley Calvin Lafleur, dessinateur à la Réunion

«Ce n’est pas normal. À la Réunion, on ne produit pas de bière Phoenix. Pourquoi est-ce moins cher ? Il n’y a pas de frais d’exportation, alors ce n’est vraiment pas normal.»

• Ricardo, animateur et sonorisateur

«Il y a un truc qui cloche. Si la bière Phoenix était importée et se vendait plus chère à Maurice, la différence aurait pu être expliquée. Mais elle est fabriquée localement et vendue à la boutique du coin. L’écart est carrément de Rs 8 pour la cannette entre Maurice et la Réunion.»

• Didier Marjolin, Screener à l’aéroport de Vancouver

«C’est une triste réalité pour Maurice. Ce produit, qui représente le label Made in Moris, doit être taxé de manière appropriée. Il ne devrait pas être plus onéreux alors qu’il est produit localement.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires