Anwar Husnoo règle ses comptes avec Xavier-Luc Duval

Avec le soutien de
 Le ministre de la Santé n’a pas digéré les commentaires du leader de l’opposition.

   Le ministre de la Santé n’a pas digéré les commentaires du leader de l’opposition.  

Piqué à vif par les «cheap comments» du leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, le ministre de la Santé Anwar Husnoo a tenu à lui répondre point par point. Avant même de lire son discours, dans le cadre des débats budgétaires. Un long préambule… en l’absence du principal concerné.

Chiffres à l’appui, il a affirmé que le taux de mortalité «n’a pas bougé en deux ans». Selon Anwar Husnoo, il était de 8 pour 1 000 habitants en 2016 et de 8,1 pour 1 000 habitants en 2017. «Le leader de l’opposition oublie que nous avons une population vieillissante.» Comparant ce taux à ceux du Royaume-Uni et des États-Unis, il a indiqué que le chiffre est le même dans les trois cas, soit 8 pour 1 000 habitants.

Quant à l’investissement en termes de santé, le ministre a expliqué que Maurice investit 437 dollars par tête d’habitant. Au Royaume-Uni, c’est 3 900 dollars alors qu’aux États-Unis, c’est 9 300 dollars. «Malgré un investissement moindre, le taux de mortalité est le même. Quand nous faisons de bonnes choses, il faut le reconnaître.»

Anwar Husnoo a également affirmé que le taux de mortalité infantile (11,7% en 2017) est le «meilleur résultat de ces 10 dernières années». Alors qu’en termes de décès des enfants de moins de cinq ans, «nous avons déjà atteint les objectifs 2030 fixés par l’Organisation mondiale de la santé. Nous avons aussi réduit le nombre d’universités reconnues».

Le ministre, en référence aux «disappearing babies», a rappelé avoir assisté à des centaines d’accouchements. «Environ 20 personnes sont présentes. Comment aurait-on pu enlever et cacher un bébé ? C’est impossible.» Il faisait référence au cas Sookun au mois de mars, ces parents qui s’attendaient à avoir des jumelles mais qui se sont retrouvés avec un seul bébé.

Abordant le sujet des échecs aux pre-registration entry examens (pre-reg exams), il a indiqué que des classes de rattrapage sont proposées deux fois la semaine au Mauritius Institute of Health et trois fois la semaine,à l’hôpital.

Enfin, à propos des équipements défectueux dans les hôpitaux, le ministre a rappelé qu’il a demandé un inventaire. «Pas seulement pour savoir dans quel état sont les équipements, mais aussi de quand ils datent.»

Les chantiers de la Santé

Ces effets d’annonces 

Construction de nouveaux hôpitaux, de nouvelles unités spécialisées, projet de rénovation. Les chantiers sont nombreux dans le secteur de la santé. Sauf que leur concrétisation est attendue depuis des années.

  • Rénovation de l’hôpital ENT. Selon le ministre, il sera prêt en mars 2019. Ce projet avait été annoncé dans le Budget 201516
  • Le New Cancer Hospital, à Medpoint. Projet annoncé en 2015.
  • Un nouvel hôpital universitaire à Flacq. En 2016, le ministre d’alors avait annoncé qu’un terrain avait été identifié.
  • Un Medical Hub, avec un nouvel hôpital pour les yeux à Côte-d’Or. Le ministre a indiqué que l’hôpital de Moka ne peut plus répondre aux besoins

      -  Un nouveau laboratoire, le National Health Laboratory Service Centre

  • Nouvel entrepôt pour un meilleur contrôle des stocks de médicaments. Le ministre a rappelé que le rapport de l’Audit critique régulièrement les stocks de médicaments périmés.   

-       Un nouvel hôpital ayurvédique et une unité de soins de médecine traditionnelle chinoise

Publicité
Publicité

Il a conclu son grand oral. Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, qui a enfilé son manteau de ministre des Finances, a-t-il pu répondre aux attentes de la population et des acteurs économiques avec le Budget 2018-18 ? Eléments de réponse.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires