Le Royaume-Uni autorise le cannabis médical

Avec le soutien de
Ce sont les cas des jeunes Billy Caldwell et Alfie Dingley qui ont poussé le gouvernement britannique a prendre cette décision.

Ce sont les cas des jeunes Billy Caldwell et Alfie Dingley qui ont poussé le gouvernement britannique a prendre cette décision.

Alors qu’aucun gouvernement n’a jusqu’ici pris position en faveur du cannabis médical à Maurice, celui du Royaume-Uni a fait le pas. Ainsi, dès la semaine prochaine, les demandes des malades pour des traitements au cannabis médical seront acceptées.

C’est ce qu’a annoncé le ministre de l’Intérieur britannique Sajid Javid devant la Chambre de commune, hier, mardi 19 juin. Un panel clinique étudiera les demandes au cas par cas et délivrera des prescriptions exceptionnelles et temporaires.

À l’origine de cette décision, deux cas d’enfants souffrant d’épilepsie sévère mais qui se sont vus refuser l’accès au cannabis thérapeutique. Notamment, celui de Billy Caldwell, 12 ans. Tout un débat politique autour de la question a été déclenché après que sa mère a vu le ravitaillement d’huile de cannabis provenant du Canada avec lequel se soignait son fils, lui être confisqué à l’aéroport d’Heathrow, le 11 juin.

Billy Caldwell a été hospitalisé vendredi soir, dans un état critique. En début de semaine, Sajid Javid est intervenu pour lui accorder une licence de 20 jours pour qu’il puisse continuer son traitement. Et Billy Caldwell a pu quitter l’hôpital lundi après-midi.

Mardi 19 juin, une nouvelle autorisation a été accordée. Cette fois-ci à Alfie Dingley, 6 ans, qui peut faire jusqu’à 150 crises d’épilepsie par mois. Sa mère a raconté avoir attendu trois mois pour obtenir le feu vert de Theresa May.

Le ministre Sajid Javid a annoncé une réforme plus large des lois sur le cannabis. Une commission d’experts sera créée pour étudier les preuves des bienfaits médicaux du cannabis afin de déterminer quels produits pourraient être distribués.

«Cette étape n’est en aucun cas un premier pas vers la légalisation du cannabis à usage récréatif. Le gouvernement n’a pas l’intention de légaliser le cannabis et les pénalités pour la distribution et la possession illégales demeureront inchangées», a toutefois prévenu le ministre de l’Intérieur.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires