SAJ: «Pas de lien entre Hurreechurn et Lutchigadoo»

Avec le soutien de
Duval a demandé au ministre mentor pourquoi ce n’est qu’après deux semaines que l’escapade de Lutchigadoo a été rapportée à la police. 

Duval a demandé au ministre mentor pourquoi ce n’est qu’après deux semaines que l’escapade de Lutchigadoo a été rapportée à la police. 

L’axe Lutchigadoo-Hurreechurn a été abordé par le leader de l’opposition lors de sa Private Notice Question (PNQ), ce mercredi 20 juin. Xavier-Luc Duval a demandé au ministre mentor, sir Anerood Jugnauth (SAJ), si un quelconque lien a été établi entre l’escapade de Kusraj Lutchigadoo du centre de détention de Vacoas, le 23 avril, et la mort par pendaison du policier Arvind Hurreechurn, le 29 octobre 2016, au centre de détention de Moka. Ce à quoi SAJ a répondu par la négative. 

«Ashish Dayal est celui qui recrute des policiers pour les trafiquants de drogue. Il a recruté le policier Hurreechurn et les policiers du centre de détention de Vacoas maintenant dans l’affaire Lutchigadoo. Ne faut-il pas rouvrir l’enquête ?» a voulu savoir le leader de l’opposition. D’autant que la mort d’Arvind Hurreechurn comporte des zones d’ombre, car il se serait pendu «in a sitting position». Le ministre mentor devait toutefois insister qu’aucun lien n’a été établi entre ces deux affaires.  

Images CCTV

Xavier-Luc Duval est, par ailleurs, revenu sur le «timeline» des événements. «L’escapade a eu lieu le 23 avril, la fête d’anniversaire le 4 mai, mais l’affaire n’a été rapportée que le 10 mai», a-t-il fait valoir. Ajoutant qu’il faudrait revoir les images CCTV plus souvent. 

Le député Alan Ganoo a même suggéré que les images soient retransmises en direct aux Line Barracks et soient visionnées à la minute. Réponse du ministre mentor : une décision sera prise suivant les conclusions de l’enquête. Il s’est néanmoins dit favorable à ces suggestions. 

Le leader de l’opposition a, en outre, voulu savoir du ministre mentor pourquoi les détenus étaient autorisés à dormir dans la Common Room et non dans leur cellule. SAJ devait alors indiquer qu’il en avait parlé au commissaire de police et que ce dernier lui a promis que c’est pris en considération dans le cadre de l’enquête.

Publicité
Publicité

Comment ce détenu a-t-il pu quitter le centre de détention de Vacoas «pour prendre l’air» ? Avec la complicité de policiers et d’amis. Retrouvez notre série d’articles ainsi que notre vidéo retraçant toute cette affaire.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires