Réforme du secteur de l’eau: «Nou pou bizin dimounn ki konn fer sa», insiste Collendavelloo

Avec le soutien de
 Selon le Premier ministre adjoint, la réforme du secteur de l’eau est une nécessité.

   Selon le Premier ministre adjoint, la réforme du secteur de l’eau est une nécessité.  

Il n’abordera pas la «claque» qu’il a reçue du Premier ministre et ministre des Finances concernant le tarif de l’eau. «Dans un temple, ce n’est pas opportun d’en parler», lâche Ivan Collendavelloo, à l’issue de la prière annuelle au kovil Amma Tookay, ce dimanche 17 juin.

Alors que le no.2 du gouvernement avait annoncé, à plusieurs reprises, la hausse «imminente» et «inévitable» du tarif de l’eau, Pravind Jugnauth l’a pris à contre-pied lors du discours budgétaire, jeudi 14 juin. Affirmant qu’il n’y aura aucune majoration des prix.

«Nou pou bizin dimounn ki konn fer sa, dimounn ki éna sa lekipman-la, ki éna kas pou asté sa lépikman-la.»

Un camouflet qu’Ivan Collendavelloo aurait-il du mal à digérer ? S’il a perdu une manche, il n’a, semble-t-il, pas perdu la guerre. Laissant entendre que l’option de l’affermage est toujours d’actualité. En effet, au dire du no.2 du gouvernement, «la réforme du secteur de l’eau se poursuit. Nou bizin éna li». De souligner, «nous ne pouvons pas continuer avec le même système qu’il y a 40 ans».

Et cette réforme, souligne-t-il, passe nécessairement par de nouveaux équipements et de nouvelles technologies et expertises. «Tout cela coûte cher. Bizin rod kas pou sa lékipman-la.» Ivan Collendavelloo est catégorique : «Nou pou bizin dimounn ki konn fer sa, dimounn ki éna sa lekipman-la, ki éna kas pou asté sa lépikman-la.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires