UTM: autre carte de crédit, autre scandale

Avec le soutien de
Le Pr Theeshan Bahorun, Chairman de l’UTM, aurait utilisé la carte de crédit destinée à l’achat de livres, pour payer son logement en Afrique du Sud.

Le Pr Theeshan Bahorun, Chairman de l’UTM, aurait utilisé la carte de crédit destinée à l’achat de livres, pour payer son logement en Afrique du Sud.

L’affaire Platinum Card a coûté cher à l’ex-présidente de la République. Cette fois, c’est une autre carte de crédit qui fait parler d’elle… Plus précisément celle utilisé par le Chairman de l’université de Technologie de Maurice (UTM). Le Pr Theeshan Bahorun aurait utilisée ladite carte, émise au nom de l’UTM, pour payer son logement lors d’un voyage effectué en Afrique du Sud, en mai 2015.

Le Pr Theeshan Bahorun, qui est également le cousin du Premier ministre, a déboursé Rs 5 715,14 pour payer la facture de l’hôtel. Il assistait alors à la Vice-Chancellor Leadership Dialogue Conference in South Africa, organisée par la Southern African Regional Universities Association.

C’était le premier paiement effectué avec la carte de crédit. Celle-ci, soutient-on au sein de l’administration de l’UTM, est surtout destinée à l’achat de livres. L’Independent Commission Against Corruption aurait eu vent de l’affaire lors de son enquête sur Sharmila Seetulsingh-Goorah, la directrice générale de l’UTM. Qui avait, elle aussi, été montrée du doigt il y a quelques mois pour avoir utilisé la même carte de crédit…

Autre sujet de discorde : un voyage à Pune, en Inde, en janvier 2016. Le Pr Theeshan Bahorun était alors invité à la Maharashtra Cosmopolitan Education Society’s Interdisciplinary Science and Technology Research Academy. Pendant une réunion du board, en octobre 2015, le président a présenté une motion afin que son séjour soit étendu de trois jours, pour «visit facilities and discuss collaborative ventures for UTM», selon les procès-verbaux que nous avons consultés. Pour cela, l’UTM a déboursé $ 1 640, soit Rs 57 508 en guise de per diem.

«Est-ce qu’il faut trois jours pour ‘discuss collaborative ventures’ avec la même instance qui organise la conférence à laquelle il se rend après ?» se demande-t-on à l’UTM. Surtout que Theeshan Bahorun s’était rendu en Inde en compagnie de sa famille… «Il n’est pas interdit de voyager avec ses proches mais étendre son congé pour pas grand-chose lorsque l’on est avec sa famille… En plus, il n’y a pas eu de collaborative ventures avec l’institution finalement», déplore-t-on. D’aucuns se demandent aussi comment le Pr Theeshan Bahorun peut présider le board qui a donné le feu vert pour le décaissement de son per diem.

Interrogé, le Pr Bahorun affirme qu’il ne «savait pas» que c’était cette carte de crédit qui avait servi à financer son hébergement en Afrique du Sud. «C’était la direction d’avant, et le board avait approuvé le voyage. Qui plus est, je ne faisais pas partie du board quand la décision a été prise et c’est le seul voyage que j’ai entrepris», soutient-il.

Qu’en est-il de la seconde «expédition» à Pune ? Celle-ci a également reçu le feu vert d’un board dont il ne faisait pas partie. «Il était présidé par Harry Vydelingum.» Oui, mais nous avons des documents qui prouvent le contraire… «C’est une erreur administrative. La secrétaire avait omis d’ajouter que le board était présidé par Harry Vydelingum», assure

 Theeshan Bahorun. La secrétaire aurait fait une déposition dans le cadre de l’enquête de la commission anticorruption.

«Une enquête qui, je tiens à le faire ressortir, n’a pas eu de suite», fait valoir Theeshan Bahorun. Une information que nous avons essayé de vérifier auprès de l’ICAC, mais nos appels sont restés vains jusqu’ici.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires