Meurtre de Rivière-du-Rempart: «Je voulais lui offrir un anniversaire surprise»

Avec le soutien de
Rajesh Heeramun, dévasté par la mort de sa mère.

Rajesh Heeramun, dévasté par la mort de sa mère.

«Mon épouse et moi avions tout préparé pour son séjour en Allemagne. Les préparatifs pour son anniversaire étaient fin prêts. On avait planifié qu’elle prendrait l’avion le 22 juin et arriverait le 23 juin. Nous allions lui offrir un anniversaire surprise pour ses 73 ans, le 24 juin. Mais, aujourd’hui, à la place, je suis à Maurice pour assister aux funérailles de ma mère.» Rajesh Heeramun, le fils de Shanti Bhugwantee Heeramun, tuée lundi dernier, à Rivière-du-Rempart, a le cœur gros.

Cet infirmier est venu d’Allemagne pour rendre un dernier hommage à sa mère, mercredi. «Ses vacances étaient prévues pour décembre mais, vu que l’hiver est très froid en Europe, une personne de son âge n’aurait pas supporté ce temps. J’ai repoussé son billet pour juin, afin qu’elle profite au maximum de son séjour

Shanti Bhugwantee Heeramun allait rester jusqu’au 10 août, en compagnie d’une nièce, car elle ne peut voyager seule. «J’avais organisé un voyage pour elle pour la Pologne, sur une île au bord de la mer, mais nos vacances ont viré au drame

Il arrive à peine à croire qu’il ne verra plus sa mère vivante. «Le jour où j’ai appris cette nouvelle, c’était inimaginable parce qu’elle avait hâte de venir nous voir. Bien qu’elle ne parle pas l’allemand, mes beaux-parents attendaient sa venue avec impatience car ils ont un point commun, le jardinage. Chaque année, je lui laisse des travaux à faire pour le jardin car, dès qu’elle arrive, elle plante de très belles fleurs. C’est un plaisir de la voir jardiner. C’est une femme très physique qui ne pouvait rester une minute oisive. Malgré cette barrière de la langue, mes beaux-parents et elle s’entendaient très bien. Même les gens de mon quartier la trouvaient joviale. Cela allait être la quatrième fois qu’elle nous rendait visite.»

Rajesh Heeramun accepte difficilement ce meurtre. «Je serais d’accord si ma mère était décédée d’une maladie ou de cause naturelle mais de là à lui ôter la vie, je trouve que c’est inhumain car, à 72 ans, elle était en bonne santé. Ou ti kapav kokin so bann bizou, sipa so larzan mé ou pa touy mo mama. Mama pas révini lor later enn fwa ou perdi li. Sa kinn fer sa mo esperé lazistis pini.»

Pincement au cœur

Il avait quitté le pays en 2000 une première fois et, en 2004, il est parti s’établir pour de bon en Allemagne. «J’étais très proche d’elle. Mais lorsque je lui ai annoncé que j’allais m’établir en Allemagne, elle ne s’y est pas opposée. Elle a accepté sans broncher car elle voulait que je sois heureux. Elle avait quand même un pincement au cœur, certes, mais elle a surmonté mon absence

Beaucoup de personnes l’ont dupée dans le passé explique son autre fils, Manoj Heeramun. «Ma mère a tellement bon cœur, qu’une femme s’est fait passer pour une victime qui a tout perdu dans l’incendie de sa maison. Elle avait emmené ma mère à la banque pour faire un retrait de Rs 30 000 pour elle et, depuis, ma mère n’a rien récupéré

L’an dernier, elle est passée par un moment difficile car elle a été agressée sexuellement par un habitant qui la harcelait afin qu’elle retire l’affaire. Celle-ci allait être prise sur le fond, en cour, cette semaine.

 Sous les verrous

Shanti Bhugwantee Heeramun a été découverte morte dans une maison en ruine, dans un jardin d’enfants, à Rivière-du-Rempart, le lundi 11 juin. Elle a succombé à une fracture du crâne, selon l’autopsie. Elle avait trouvé la mort dans de tristes circonstances, la veille au soir, alors qu’elle se trouvait avec trois personnes.

L’un des suspects arrêtés, Gawtam Seetaram, aurait poussé Shanti Heeramun. Elle se serait cognée contre le carrousel. Chinanen Dorsamy et Rohit Doobeejaising auraient transporté le corps de la victime jusqu’au bâtiment en ruine. Les trois seraient plus tard retournés sur les lieux pour s’enquérir de son état mais  se seraient aperçus qu’elle était déjà morte. Une accusation provisoire de meurtre a été retenue contre ces trois suspects.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires