MBC: le journal télévisé innove mais…

Avec le soutien de
Le président du conseil d’administration de la MBC, Bhijaye Ramdenee, confie qu’il tente de dégager une ligne éditoriale.

Le président du conseil d’administration de la MBC, Bhijaye Ramdenee, confie qu’il tente de dégager une ligne éditoriale.

Ce n’est pas une mauvaise nouvelle… Les téléspectateurs fidèles au journal télévisé de la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC) ont noté une nouvelle approche du bulletin d’information quotidien de 19 h 30.

Depuis environ deux semaines, les faits divers sont privilégiés. Le journal commence même avec de tels sujets qui sont grandement développés avec plusieurs intervenants. Mardi soir, 12 juin, ceux qui ont regardé les infos ont été agréablement surpris par l’ouverture du JT avec la rencontre historique entre le président des États-Unis, Donal Trump, et le dirigeant nordcoréen, Kim Jong Un.

Toutefois, la MBC, même si elle couvre de moins en moins de ministres ces temps derniers, a trouvé une nouvelle formule pour faire de la propagande gouvernementale : le micro-trottoir. Tous les intervenants trouvent que le gouverne- ment et, surtout Pravind Jugnauth, font du bon travail et ont même déclaré que ce serait un bon Budget. Reste à savoir s’ils sont triés sur le volet et briefés par le journaliste qui effectue les reportages…

Interrogé, le président du conseil d’administration de la MBC, Bhijaye Ramdenee, affirme que cette nouvelle approche est attribuée «à des personnes qui connaissent bien leur job. Nous avons redistribué les cartes à la rédaction et ce sont eux qui ont décidé de donner un nouveau cap aux bulletins d’information».

Il ajoute qu’il veut toujours inculquer une culture d’entreprise à la MBC et dégager une ligne éditoriale. Il dit avoir tenté d’introduire des débats politiques. Mais quand il a remarqué que souvent de tels débats dérapent sur les ondes des radios privées, il n’est pas allé de l’avant.

Quant à la nouvelle version de la propagande, Bhijaye Ramdenee a simplement répondu qu’il faut donner la parole aux gens sur ce qu’ils pensent du travail du gouvernement. En revanche, sur ce qui s’est passé le week-end dernier concernant l’absence d’images des conférences de presse des partis d’opposition, il a rétorqué qu’il «faut savoir choisir en fonction de ce dont ils parlent». Avant de concéder : «Mais je dois reconnaître qu’il faut revoir cette politique.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires