Agression présumée: «Jean-Claude Barbier interrogé alors que les ‘victimes’ faisaient leur déposition»

Avec le soutien de
Un des plaignants soutient que Jean-Claude Barbier lui aurait proféré des menaces.

Un des plaignants soutient que Jean-Claude Barbier lui aurait proféré des menaces.

Ils ont plaidé non coupables. Accusés d’agression, Jean-Claude Barbier et Selvananden Mootoosamy seront fixés sur leur sort le 20 juillet. Leur homme de loi, Me Steven Obeegadoo, a fait sa plaidoirie hier, jeudi 14 mai, en cour correctionnelle de Port-Louis.

Les faits se sont produits le 29 avril 2013, à La Tour Koening, à proximité de l’usine CMT. Selon Manu Mangar et Soorain Draunath Parbotteau, deux activistes, alors qu’ils collaient des affiches en marge du meeting du 1er mai, Jean-Claude Barbier et Selvananden Mootoosamy les auraient passés à tabac. 

«Après avoir collé des affiches, j’ai reçu des coups sur la tête et j’ai été projeté au sol», a expliqué Manu Mangar. Et d’ajouter : «J’avais entendu une voix me disant, ‘mo pou touy twa’ et en me retournant, j’ai compris que c’était Jean-Claude Barbier. Il m’a agressé.»

Dans sa plaidoirie, Me Steven Obeegadoo a fait ressortir que les plaignants faisaient leur déposition en même temps que les accusés fournissaient des explications sur la présumée agression. «Accused No 1 was called upon to give his defence before the complainant Mangar had finished giving his statement.» 

Au dire de l’avocat de la défense, c’est la première fois qu’il est confronté à une situation où les accusés sont appelés à s’expliquer avant même que les victimes aient complété leur déposition. «Ont-ils eu le temps de répliquer aux allégations des plaignants ?» se demande-t-il. 

Me Obeegadoo a également souligné que le rapport médical n’indique aucune égratignure ou blessure, bien que l’un des activistes ait déclaré avoir été sauvagement agressé. «Je note également qu’il y a eu des versions contradictoires dans les dépositions des victimes.» Si Soorain Draunath Parbotteau avait allégué avoir été agressé par Jean Claude Barbier, il était, en effet, revenu sur sa version des faits lors du contre-interrogatoire.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires