Vaches étripées à Grand-Gaube: «Bizin bann profésionel sa»

Avec le soutien de
Les deux bêtes se trouvaient dans une ferme à Grand-Gaube lorsqu’elles ont été dépecées, étripées et décapitées.

Les deux bêtes se trouvaient dans une ferme à Grand-Gaube lorsqu’elles ont été dépecées, étripées et décapitées.

La scène est digne d’un film d’horreur. En se rendant sur sa ferme, sise à Grand-Gaube, Dyano Berthelot, 36 ans, a eu le choc de sa vie. Deux de ses vaches, qui allaient prochainement avoir des petits, ont tout bonnement été dépecées, étripées et décapitées…

«Il ne restait que la tête et les entrailles sur place. Bizin bann profésionel sa», explique l’éleveur, dépité. Cela fait dix ans qu’il exerce ce métier et il n’avait encore jamais vu un tel acte de barbarie. L’incident s’est produit dans la nuit du 4 juin.

Traumatisé depuis, Dyano Berthelot ne parvient plus à fermer l’œil. Il fait le va-et-vient entre sa maison et sa ferme durant la nuit pour surveiller ses sept vaches restantes. «Landrwa-la pa sékirizé, li inpé élwagné ek bann lakaz ek péna ni alarm ni kaméra laba», confie l’éleveur. Celui-ci ne parvient pas à digérer ce qui est arrivé à ses vaches. Financièrement, cette boucherie lui aura coûté Rs 200 000, voire plus.

Une plainte a été déposée le même jour au poste de police de Grand-Gaube. «CID ek SOCO inn vini mé pankor aret personn pou lé moman.» D’expliquer cependant que les voleurs ont laissé plusieurs objets sur place, dont un sac, une torche et une chaussette. Des indices que les enquêteurs comptent analyser.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires