Paiement des Rs 15 millions à Dayal: Varma se demande si le cabinet a approuvé

Avec le soutien de
Yatin Varma, ancien Attorney General, interpelle le Premier ministre et le garde des sceaux sur la médiation accordée à l’ancien commissaire de police.

Yatin Varma, ancien Attorney General, interpelle le Premier ministre et le garde des Sceaux sur la médiation accordée à l’ancien commissaire de police.

Le package de Rs 15 millions que l’État a octroyé à l’ancien commissaire de police continue à faire des vagues. Dans une lettre adressée à l’express, l’ancien Attorney General, Yatin Varma, pose plusieurs questions après que Maneesh Gobin, actuel titulaire du poste, a défendu Raj Dayal, au cours d’une conférence de presse samedi 2 juin.

D’abord, Yatin Varma se demande si le Conseil des ministres a donné son aval quant au paiement de cette somme. Car tout décaissement excédant Rs 1 million doit obtenir l’approbation du cabinet, selon lui.

Yatin Varma affirme que Maneesh Gobin a été l’avocat de Raj Dayal dans le passé. Il se demande si c’est lui-même qui a présenté le Cabinet Memorandum pour ce paiement et s’il avait déclaré ses intérêts. L’ancien Attorney General souhaite que Maneesh Gobin et le Premier ministre répondent à ses questions.

Réclamations de plus de Rs 1 milliard

Le membre du Parti travailliste rappelle que Maneesh Gobin a argué, lors de sa conférence de presse, que Raj Dayal a été victime de l’ancien gouvernement. Or, rappelle-t-il, Raj Dayal avait été démis de ses fonctions de commissaire en janvier 2000.

«Pourquoi le gouvernement Mouvement socialiste militant - Mouvement militant mauricien, qui était à la tête du pays entre septembre 2000 et juillet 2005, n’a-t-il pas pris des mesures correctives en faveur de l’ancien n°1 de la police ?» s’étonne Yatin Varma.

Il déplore que Maneesh Gobin ait déclaré qu’il y avait vice de forme dans la destitution de Raj Dayal. Une commission d’enquête l’avait, à l’époque, accusé de certaines irrégularités. Subséquemment, un tribunal avait été institué, sous la présidence de l’ancien chef juge, Rajsoomer Lallah, en conformité avec l’article 93 de la Constitution.

Raj Dayal a entamé des poursuites contre l’État en 2011 pour licenciement injustifié, réclamant plus d’un milliard de roupies. Cette année, le gouvernement a accepté la médiation et le paiement des indemnités de Rs 15 millions à la place.

Interrogé, Maneesh Gobin n’a pas voulu faire de commentaire.

Ci-dessous l’intégralité de la lettre de Yatin Varma :

The Dayal Saga by L'express Maurice on Scribd

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires