Parc Roland Armand: le contrat toujours pas octroyé

Avec le soutien de
C’est sur ce terrain à Ébène que le parc Roland Armand sera aménagé.

C’est sur ce terrain à Ébène que le parc Roland Armand sera aménagé. 

Quand les joggeurs et promeneurs pourront-ils profiter du parc Roland Armand, à Ébène ? L’ouverture du site qui compensera la perte de la promenade du même nom, rasée pour faire place au passage du train, est prévue pour 2019.  

Reste que le paysagiste Daniel Maestracci, du joint-venture Land Concept Ltd et Urban Scope Ltd, révèle qu’il attend toujours le feu vert des autorités. «Nous n’avons pas encore eu de contrat pour démarrer les travaux.» Une attente devrait retarder l’ouverture du parc.

Pourtant, en réponse à une question parlementaire, le ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha, avait indiqué que Daniel Maestracci avait été approché le 5 décembre 2017 afin de soumettre une proposition pour la conception du parc. Et que ce dernier avait été choisi «en raison de l’urgence et sur la base de son expérience». À savoir que les services du paysagiste avaient été retenus pour un plan de réhabilitation du jardin botanique de Pamplemousses en 2017. Il en a été de même pour le «landscape masterplan» de la vallée d’Osterlog en 2009

Si le 23 février, décision a été prise d’aménager un parc à Ébène au coût de Rs 100 millions, ce n’est que le 29 mars que le paysagiste a soumis une proposition révisée du projet. Un exercice de «due diligence» a été fait afin d’examiner la proposition du joint-venture. Ce parc d’une superficie de 9 arpents devrait notamment accueillir 2 000 arbres et palmiers ainsi que 100 000 plantes arbustives, des plantes tropicales et endémiques.

Entre-temps, c’est vers le jardin Balfour que se dirigent les joggeurs. Des riverains accueillent favorablement cette initiative des autorités de rendre accessible ce jardin. «L’air est pur pour faire de la marche. Il y a aussi un parcours de santé et des équipements pour la musculation», soutient un ancien joggeur de Vandermeersch.

D’autres dénoncent, eux, le manque de sécurité. «Je me suis rendue à Balfour. Le jardin était vide. Il n’y avait pas suffisamment d’éclairage. Cela fait peur. Les gardiens ne sont pas là le soir», dit une joggeuse. Elle regrette la promenade Roland Armand où «il était possible de marcher même à la nuit tombée».

Nous avons tenté de contacter Metro Express Ltd. En vain. 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires