Affaire Alvaro Sobrinho Africa Ltd: Pinto et Fernandez affirment que Me Rajahbalee était leur conseil légal

Avec le soutien de
Me Iqbal Rajahbalee, de BLC Chambers.

Me Iqbal Rajahbalee, de BLC Chambers.

«Je nie catégoriquement avoir commis une offense ou avoir enfreint la Financial Services Commission Act. I have not misled the Commission by saying that Iqbal Rajahbalee is a legal advisor.» La déposition de Mauricio Fernandez, l’un des directeurs d’Alvaro Sobrinho Africa Ltd (ASA), a été lue en cour intermédiaire, ce mercredi 6 juin. Le procès intenté à la compagnie a été pris sur le fond devant la magistrate Adeela Hamuth.

La compagnie ASA, qui est représentée par José Pinto, a plaidé non coupable sous une accusation de False and Misleading Statements en vertu de l’article 19(1) (a) de la Financial Services Act. Il lui est reproché d’avoir fourni de fausses informations à la Financial Services Commission (FSC) en vue d’obtenir une Investment Banking Licence. Parmi ces fausses informations, le fait que Me Iqbal Rajahbalee, de BLC Chambers, était le conseil légal de la compagnie.

Dans un article de l’express, publié le 7 mars 2017, l’homme de loi avait nié avoir été approché par l’ASA. «À aucun moment BLC Chambers n’a donné son consentement pour figurer comme représentant légal dans le dossier que l’Alvaro Sobrinho Africa Ltd a soumis à la FSC», avait-il affirmé. À la suite de quoi une enquête avait été ouverte.

Pourtant, dans la déposition lue en cour par l’inspecteur Ujpodha, Mauricio Fernandez a indiqué avoir rencontré «Me Rajahbalee le 16 septembre 2016, afin de retenir ses services. Un courriel avait été envoyé par BLC Chambers dans lequel il évoquait son intention de ‘partner with us as we actually ranked up our activities’».

Autre déposition lue en cour intermédiaire, celle de José Pinto. «Je lui (NdlR, Rajahbalee) ai parlé de notre intention de déposer une demande de permis auprès de la FSC et il était d’accord pour représenter notre compagnie. Des honoraires avaient même été communiqués. Je suis extrêmement surpris lorsqu’il déclare ne pas être notre conseil légal», a-t-il avancé.

Le procès se poursuivra le 16 juillet.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires