Hôtel à Pomponette: «Je ne peux arrêter un projet qui est en cours», explique Pravind Jugnauth

Avec le soutien de
Le 1er mai, des militants écologistes ont fait tomber des barrages autour du projet hôtelier à Pomponette.

Le 1er mai, des militants écologistes ont fait tomber des barrages autour du projet hôtelier à Pomponette.

Ceux qui militent pour la «libération» de la plage de Pomponette n’ont pas manqué de relever «le silence troublant du Premier ministre». Un silence que Pravind Jugnauth justifie par le fait que «je ne peux arrêter un projet qui est en cours. Nou bizin responsab».

Le chef du gouvernement rappelle que le Masterplan visant à identifier des sites pour des projets hôteliers a été élaboré il y a des années. «Au fil du temps, nous avons pris certaines décisions.» Et c’est le gouvernement travailliste, souligne-t-il, qui a alloué un bail à la compagnie Midas Acropolis pour développer un projet hôtelier à Pomponette. Par la suite, «il y a eu une nouvelle demande de permis. Le gouvernement a accepté ce projet», indique le chef du gouvernement en faisant référence au promoteur Clear Ocean Hotel and Resorts Ltd.

Une explication qui ne convainc pas les membres d’Aret Kokin Nu Laplaz (AKNL). Ils s’interrogent notamment sur l’opacité des conditions dans lesquelles le bail a été octroyé à Clear Ocean Hotel and Resorts Ltd, qui n’a «aucune expérience dans la gestion d’un hôtel». AKNL dit d’ailleurs détenir des éléments troublants sur ce projet. Et interpelle le Premier ministre. «Allez-vous laisser passer un projet qui viendra encore une fois entacher la réputation de Maurice?»

Pour le collectif, «le Premier ministre a le pouvoir de reprendre le bail de Clear Ocean Hotel and Resorts Ltd». Bail qui est arrivé à terme en novembre 2017. A-t-il été renouvelé ? Aucune réponse à ce stade, bien que le promoteur ait demandé une extension du délai au ministère du Logement et des terres.

À son niveau, le collectif écologiste ne compte pas rester les bras croisés. Il a envoyé une lettre au Chief Executive Officer du groupe Mariott International, Arne Sorenson. Lui demandant d’annuler sa participation au projet hôtelier Sheraton St-Félix à Pomponette. Dans la foulée, les militants invitent les Mauriciens d’ici et d’ailleurs à envoyer la même lettre au CEO de Marriott International. «Inondons sa messagerie de lettres. S’il en reçoit des centaines, voire des milliers, il comprendra que cela va nuire à la réputation du groupe Marriott.»

Mais si d’ici au 5 juin, Journée mondiale de l’environnement, le groupe Marriott International ne s’est pas retiré du projet hôtelier à Pomponette, «nous allons lancer une campagne internationale contre les hôtels Marriott», prévient AKNL. Cette campagne ciblera notamment les tour-opérateurs qui font la promotion de l’île Maurice.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires