Roche-Bois: une femme accouche de jumeaux au poste de police

Avec le soutien de
C’est debout au poste de police de Roche-Bois que l’habitante de la localité a donné naissance à ses fils.

C’est debout au poste de police de Roche-Bois que l’habitante de la localité a donné naissance à ses fils.

Cette journée, la constable Pooja Adhin ne l’oubliera de sitôt. Et pour cause : elle a aidé une maman à donner naissance à ses jumeaux. Et cela, dans un poste de police…

C’est peu après 3 h 30, lundi 28 mai, que la Rocheboisienne Samantha Gabriel s’est rendue au poste de police de la localité pour y chercher de l’aide. «Sa poche d’eau s’est rompue peu après 2 h 30. Comme le SAMU ne répondait pas, elle est venue chercher secours au poste de police», relate Pooja Adhin. «Elle a dit qu’elle avait commencé à avoir des contractions de plus en plus rapprochées. Elle s’est alors dirigée vers la porte de sortie», explique la constable.

Toutefois, selon elle, la maman n’aurait pas eu le temps d’aller plus loin. «Elle a accouché du premier garçon sous le regard de son époux, qui l’accompagnait», raconte la policière. Celle-ci s’est, d’ailleurs, empressée d’aller chercher des couvertures pour le bébé. Croyant que c’était terminé.

«La maman nous a alors informés qu’elle attendait, en fait, des jumeaux. Nous avons à peine eu le temps d’aller prendre des serviettes que l’autre bébé était déjà là», poursuit Pooja Adhin, toujours sous le coup de l’émotion. Et d’ajouter: «La dame a accouché debout.»

Après la joie, place à la panique. Le deuxième bébé était toujours dans sa poche d’eau. «On voyait qu’il n’arrivait pas à respirer. On craignait le pire.» C’est alors que l’époux de Samantha Gabriel a rompu la poche d’eau.

Ce n’est qu’après que le SAMU est arrivé. Les infirmiers ont coupé le cordon ombilical et ont emmené les bébés et la maman à l’hôpital. «Ils se portent bien», se réjouit la constable. Avec la venue des jumeaux, la famille de Samantha Gabriel et son époux compte sept enfants.

«Il est vrai que nous devons nous tenir prêts dans n’importe quelle circonstance, mais c’est la première fois que je vis ça et je n’ai pas paniqué», répond-elle, fièrement. Et si c’était à refaire ? «Sans hésiter, ce sera un grand oui !»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires