Partenariat stratégique: des milliards de dépenses pour la CWA…

Avec le soutien de
La CWA compte quelque 1 200 employés dont au moins la moitié a plus de 55 ans.

La CWA compte quelque 1 200 employés dont au moins la moitié a plus de 55 ans.

Les experts de la Banque mondiale (BM) sont encore une fois venus la semaine dernière. Cela, dans le cadre des consultations en ce qui concerne le partenariat stratégique pour la Central Water Authority (CWA). Une équipe au sein du Prime Minister’s Office (PMO) travaille également sur le dossier. Celui-ci devrait probablement être abordé lors du prochain Budget, le 14 juin.

Entre-temps, dans son rapport, dont une synthèse a été déposée à l’Assemblée nationale par le ministre des Services publics, Ivan Collendavelloo, le 17 avril, la BM souligne que la CWA devrait s’acquitter de dépenses conséquentes avant que le partenariat stratégique aboutisse. Cela, en ce qui concerne les ressources humaines.

Pourquoi ? Il faut avant tout savoir que la CWA compte un personnel vieillissant, sur un total d’environ 1 200 employés. Lorsqu’une firme privée s’occupera de la gestion de l’instance (contrat d’affermage), le personnel aura alors un nouvel employeur. Toutefois, à l’hôtel du gouvernement, on explique que parmi les employés en poste, au moins la moitié a plus de 55 ans. Ce qui fait que la CWA aura pour tâche de s’acquitter du paiement de fringe benefits et d’autres allocations. Le paiement du lump sum est quant à lui déboursé par la State Investment Company Ltd. Mais rien que pour les allocations des 600 employés susmentionnés, une première estimation du paiement s’élève à environ Rs 300 millions. Une somme qui interpelle le gouvernement.

Autre dépense liée au personnel : le paiement d’une forme de compensation aux employés qui ont moins de 55 ans. En effet, ces derniers peuvent refuser de changer d’employeur et réclamer une somme d’argent en guise de dédommagement. Devant un tel scénario, l’hôtel du gouvernement estime que la CWA devrait débourser «des milliards de roupies» avant de sceller le partenariat stratégique. Quelle formule adopter, en sachant que l’entité compte actuellement des pertes de Rs 220 millions ?

Les experts de la BM se penchent justement sur cette question. Mais dans les milieux concernés, on laisse entendre «qu’inévitablement, c’est le gouvernement qui passera à la caisse».

Autre option envisagée : que le partenaire stratégique s’acquitte d’une partie des frais. Cependant, ces détails restent à être finalisés. Malgré la levée de boucliers de l’opposition, des syndicats et des consommateurs, dans l’entourage du ministre de tutelle, Ivan Collendavelloo, on avance que ce dernier ne compte pas baisser les bras et devrait «aller jusqu’au bout». Cela, même si pour l’heure, le PMO ne semble pas être convaincu par le projet.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires