Affaire Lutchigadoo: le mystère de l’homme au capuchon résolu

Avec le soutien de
Jean Clarel Antoo a été interrogé pendant près de trois heures ce lundi 28 mai dans le cadre de l’escapade de Kusraj Lutchigadoo.

Jean Clarel Antoo a été interrogé pendant près de trois heures, ce lundi 28 mai, dans le cadre de l’escapade de Kusraj Lutchigadoo.

Il serait celui qui avait remplacé Kusraj Lutchigadoo dans sa cellule lors de l’escapade du 23 avril de ce dernier. L’existence de l’homme au capuchon a été révélée par le bras droit du détenu, notamment son chauffeur Hamod Oufran lors de son interrogatoire  en fin de semaine dernière. Ce «zanfan lakaz» chez les Lutchigadoo a indiqué que c’était lui qui avait véhiculé Kusraj Lutchigadoo ce jour-là. Et les limiers du Central Criminal Investigation Department (CCID) ont vite fait de remonter jusqu’à Jean Clarel Antoo, qui habite à Rose-Hill.

Ce dernier a été arrêté sous une accusation provisoire de complot. Après son interrogatoire qui a duré trois heures ce lundi 28 mai, il a été placé en détention.

Dans les milieux, l’on soutient que Kusraj Lutchigadoo est parti à la rencontre d’une VVIP. Mais il y a aucune preuve concrète à ce stade pour étayer cette thèse.

Rencontre avec une VVIP ?

Entre-temps, l’étau se resserre autour du constable Amitsing Narain, 38 ans. Celui qui était en poste au centre de détention de Vacoas, le 23 avril, a été identifié formellement par Hamod Oufran. Ce dernier a déclaré que c'était lui le policier qui avait pris place à bord du 4 x 4 qu’il conduisait ce jour-là alors qu’il était venu récupérer le détenu Kusraj Lutchigadoo au centre de détention.

Hamod Oufran a été emmené dans les locaux du Central Criminal Investigation Department (CCID) pour une confrontation avec le constable Narain, après sa comparution au tribunal de Curepipe, vendredi matin, sous une accusation provisoire de complot. Comme la police a objecté à la remise en liberté sous caution du quadragénaire, ce dernier a été  doncmaintenu en cellule policière. Il restera au centre de détention d’Alcatraz aux Casernes centrales jusqu’à sa prochaine comparution.

Publicité
Publicité

Comment ce détenu a-t-il pu quitter le centre de détention de Vacoas «pour prendre l’air» ? Avec la complicité de policiers et d’amis. Retrouvez notre série d’articles ainsi que notre vidéo retraçant toute cette affaire.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires