Kavish Gobin, 24 ans: le jeune homme aux mains d’argile

Avec le soutien de

Partons à Laventure. C’est dans ce village situé à quelques encablures de Centre de Flacq qu’habite non pas Harry, mais Kavish Potter. Jeu de mots vaseux mis à part, le jeune homme de 24 ans est potier. Il façonne l’argile depuis huit ans, pour en faire des diyas, des vases, des figurines, des œuvres d’art.

Il a un sourire franc, porte un bleu de travail, avec une lampe en terre brodée dessus. Au départ, après la Form V, il préférait le cambouis à la terre, voulait être mécano. «Selman monn trouvé tro boukou dimounn ti pé fer sa.» Alors il a changé de direction, a décidé de perpétuer la tradition, en se tournant vers la terre, ses racines.

Son père, lui-même potier, lui a appris les ficelles du métier, avant d’entamer son ultime voyage, il y a trois ans. «Mé sé sirtou gras a mo mama ki monn rési. Linn bien ed mwa, li donn mwa koudmé, li ankouraz mwa. Limem inn pran enn ti loan pou nou kapav démaré», confie Kavish, les paupières mi-closes à cause du soleil et de l’émotion.

Dans la cour, l’argile rouge est partout. Son atelier ? Un petit cabanon fait de tôle et de bois. À l’intérieur, des planches, des lampes, des pots, taille «S» ou «XL». La chaleur qui y règne est présente dans la voix de Kavish et de sa maman Devika.

Main dans la main, au fil des ans, «bébé» et «ma» ont surmonté les aléas. Parfois, l’ambition et le courage sont retombés, comme un soufflé, sur le tour de potier. Ils n’ont jamais baissé les bras, ou plutôt les doigts. Aujourd’hui, mensuellement, Kavish, avec l’aide de sa précieuse maman, engrange entre Rs 30 000 et Rs 50 000 par mois, dépendant des commandes. «Ena fwa dimounn rod 25 000 lalamp. Sa, li pran enn mwa parla pou fer.»

Dans le four à bois, les flammes crépitent. Dans les yeux humbles de l’artisan, brille une vive lueur, celle de la fierté d’avoir réussi.

Pendant son temps libre, Kavish aime jouer à la console ou au billard. Ou regarder un bon film. Ghost et la scène où Demi Moore et Patrick Swayze font de la poterie ? Fausse piste. Lui a plus d’affinités avec Jackie Chan, Akshay Kumar ou Angelina Jolie.

Pour l’instant, il n’a pas vraiment le temps de trouver l’actrice avec laquelle il vivra son happy end. Il veut parcourir le monde, pour voir ce qui se fait de mieux en matière de poterie. «Lerla mo pou révini pou amélior mo travay, amenn enn nouvo soufle.»

Et continuer à rendre heureuse sa mère.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires