Le Pr. Lucien Finette: Prêt à se jeter dans l’arène

Avec le soutien de
Le Pr. Lucien Finette, ex-directeur du Mauritius Examinations Syndicate.

Le Pr. Lucien Finette, ex-directeur du Mauritius Examinations Syndicate.

L’ancien directeur du Mauritius Examinations Syndicate est à la retraite. Cependant, il est toujours actif et se dit prêt à se jeter dans la bataille politique. Il y a encore des choses à faire, surtout dans l’éducation dit-il.

En janvier 2015, le Pr. Lucien Finette a quitté son poste de directeur du Mauritius Examinations Syndicate (MES). Malgré ses 70 ans, il est resté actif. Il meuble son temps libre en donnant un coup de main à un de ses amis dans la gestion de sa société immobilière à Grand-Baie.

Le Pr. Lucien Finette reste un observateur de l’évolution de la société mauricienne. Il s’intéresse particulièrement au secteur de l’éducation. L’ancien directeur du MES est satisfait de ce qu’il a pu accomplir au sein de l’institution. Cependant, Lucien Finette a un petit pincement au cœur. «Si on avait eu encore un peu de temps, on aurait pu faire du MES une institution de référence pour la région», laisse-t-il échapper.

Dans tout système d’éducation, les examens sanctionnent l’apprentissage. Quel regard le pédagogue et ancien directeur de l’organisme organisateur des examens porte-t-il sur le système d’éducation à Maurice ? Il y a certaines choses qui sont uniques à Maurice dans ce domaine. «Ce n’est qu’à Maurice qu’il y a un Higher School Certificate comme nous l’avons ici.» Il ajoute : «Le syllabus du General Paper est conçu uniquement pour nos collégiens.»

L’ex-directeur du MES est d’avis qu’en dépit de la réforme, le système éducatif mauricien reste très compétitif. «Pour de nombreux parents mauriciens, l’objectif final du cursus est d’être lauréat ou d’obtenir une bourse.»

Justement, que pense le pédagogue expérimenté du Nine-Year Schooling ? «Une réforme doit venir d’en haut. Il faut réformer le sommet. Il ne sert à rien de vouloir réformer la base, si on laisse intacte la partie supérieure du système», répond-il.

C’est un peu pour aider à apporter plus de justice et d’équité dans le système mauricien d’éducation que Lucien Finette s’est laissé convaincre à se jeter dans l’arène politique. Sa longue amitié avec l’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam, le rapproche de cet univers très animé. «J’habitais la rue Bombay, à Plaine-Verte, et mon père me permettait uniquement de me rendre chez les Ramgoolam. Sir Seewosagur s’assurait que chaque jour sa voiture amenait Navin et moi à l’école», raconte le natif de la capitale.

Petite Bourse

L’enfant de Port-Louis se rappelle comment il a quitté sa maison en janvier 1968 pour ne plus y revenir. «C’était douloureux, on a fui en laissant tout derrière nous.» Les chemins de Navin Ramgoolam et de Lucien Finette se séparent à la fin du cycle primaire. Le fils du Premier ministre s’en va au collège Royal de Curepipe et Lucien Finette, premier aux examens de la Petite Bourse, intègre La School, qui deviendra le collège Royal de Port-Louis. Plus tard, Ramgoolam s’en ira en Grande-Bretagne pour ses études et Finette à Aix-en Provence, où il décrochera son doctorat en Lettres.

Après ses études, il rentre à Maurice, avant de mettre le cap sur le Canada en 1981. Il aura une brillante carrière à l’université Laval. Il y passe l’agrégation et sera fait Professeur titulaire après seulement neuf ans de service.

En 1999, c’est le Premier ministre, Navin Ramgoolam qui écrit personnellement au président de l’université Laval pour lui demander de libérer temporairement Lucien Finette. Ce dernier ne peut résister à cette sollicitation d’un vieil ami. Il rentre au pays et devient conseiller au Prime Minister’s Office.

En 2000, Lucien Finette se présente sous la bannière du Parti travailliste, dans la circonscription Beau-Bassin–Petite-Rivière. Mais c’est la débâcle. Battu, le professeur retrouve son université au Canada. Il reviendra à Maurice en 2006 pour prendre la direction du MES. Il y restera jusqu’en 2015, après une brève interruption en 2010.

Cependant, l’intérêt de Lucien Finette pour l’éducation et la politique n’a pas diminué. L’universitaire est-il prêt à se jeter à nouveau dans la bataille politique ? «Je suis à disposition. Il y a encore des choses à faire dans le domaine de l’éducation», répond le Pr Finette.

Son parcours

1969-1977 – Étudiant à Aix-en- Provence
1977 – Doctorat en Lettres w
1977-81 – Enseigne dans des collèges privés et publics
1981 – Prend de l’emploi à l’université Laval au Canada
1990 – Passe l’agrégation et devient Professeur titulaire
1999 - 2000 – Conseiller du Premier ministre
2000-2006 – Reprend ses cours à l’université Laval
2000 & 2010 – Candidat battu du PTr à Beau-Bassin–Petite-Rivière
2006-2015 – Directeur du MES

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires