Naraindranath Gopee: «PRB limem pa konpran so rapor konpliké»

Avec le soutien de
Atelier de travail, ce vendredi 25 mai, entre les syndicats de la fonction publique et les représentants du Pay Research Bureau.

Atelier de travail, ce vendredi 25 mai, entre les syndicats de la fonction publique et les représentants du Pay Research Bureau.

S’il y a bien une chose qui ressort de l’atelier de travail entre les syndicats de la fonction publique et les représentants du Pay Research Bureau (PRB), ce vendredi 25 mai, c’est que les recommandations du rapport sont «inpé konpliké». Raison pour laquelle, Naraindranath Gopee demande que le rapport soit dans «un langage simplifié et accessible à tous».

Le président de la Federation of Civil Service and Other Unions (FCSOU) était face à la presse. Il explique que lors de l’atelier de travail, ce matin, il s’est avéré que les représentants du PRB «ti pé paret inpé andikapé». Au dire de Naraindranath Gopee, ils n’ont pu répondre aux questions des syndicalistes. Notamment celles liées à l’interprétation de certaines recommandations.

À chaque fois c’est la même chose, fait ressortir le président de la FCSOU. «Les recommandations du rapport sont compliquées et chaque ministère les interprète de sa façon.» Pour lui, c’est «un gros problème».

Langage compliqué

D’autant que pour le syndicaliste, ce n’est pas normal qu’à cause de l’interprétation des recommandations, il faille systématiquement se tourner vers un High Powered Committee, voire la Cour suprême. C’est pourquoi il demande que «le rapport du PRB ne soit pas rédigé dans un langage compliqué».

Idem pour l’Option Form que les fonctionnaires sont appelés à signer. «Kan ou sign sa li vinn koumadir ou pé sign kontra ar gouverman», lâche Naraindranath Gopee. Il souhaite, de ce fait, que les termes employés dans l’Option Form soient «précis» afin que «l’employé comprenne ce qu’il est en train de signer».

Dans la foulée, le syndicaliste dit souhaiter que le PRB travaille dans la transparence. «Avec la grande transformation que connaît actuellement la fonction publique, nous craignons un changement fundamental de nos conditions de travail.» Naraindranath Gopee veut ainsi que les représentants du PRB fassent des «site visits» afin de voir dans quelles conditions travaillent les fonctionnaires.

«Les représentants du PRB nous ont rassuré que le rapport amènera une nouvelle philosophie. Nous n’avons pas envie d’avoir de nouveau à brûler le rapport!»

«Il faut faire de sorte que le rapport prenne effet en 2020»

Les syndicats font pression pour que le rapport du PRB soit publié d’ici à décembre 2019 et non en 2020. Qui plus est, ils souhaitent que les recommandations soient appliquées dès 2020, au lieu de 2021.

Naraindranath Gopee dit ne pas comprendre pourquoi le rapport est publié chaque cinq ans. D’autant que «la FCSOU et le gouvernement étaient parvenus à un accord pour que le rapport soit publié tous les trois ans.» Ce qui lui fait dire que «pa koné kouma gouverman finn fer pou ki li ariv sink an».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires