Interpellée pour avoir levé le quadricolore pendant que l’Assemblée siégeait

Avec le soutien de
Il est interdit de faire flotter le drapeau national en pleine séance de l’Assemblée !

Il est interdit de faire flotter le drapeau national en pleine séance de l’Assemblée !

Situation cocasse, mardi 22 mai, à l’Assemblée nationale. Une femme portait son drapeau bien haut, en sortant de la galerie publique. Mais elle n’en a pas le droit. 

Cette habitante de Curepipe était venue assister à la séance, en fin de matinée, comme membre du public. Elle a passé les contrôles, son casque et son sac à main ont été réquisitionnés par la police. Elle est passée au détecteur de métal et est entrée. 

A 11 h 50, alors qu’elle partait de la galerie, elle a retiré un drapeau mauricien au bout d’un bâton (de 30 cm, précise la police) et l’a levé de son bras droit (toujours une précision de la police). Les policiers de service l’ont immédiatement stoppée et saisi l’arme du crime, pardon, le quadricolore.

Elle a été conduite au poste, pour que les officiers notent ses coordonnées. La speaker a été informée. Lorsqu’elle a été interrogée sur les raisons de son acte, la citoyenne a répondu : «Mo ti anvi fer sa kom enn plezir et mo pa ti koné ki pa gagn drwa fer sa.»

La police l’a informée qu’elle a commis un “breach of conduct with respect to the rules and regulations of the Assembly”. Ce à quoi elle n’a pas répondu. A presque 15 heures, elle a été autorisée à partir. 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires