Affaire MSC: Ahmad Hossen Khudurun reçoit une lettre de menaces

Avec le soutien de
Ahmad Hossen Khudurun avait dénoncé un conseiller du ministère de la Jeunesse et des sports et des membres du Mauritius Sports Council, pour corruption.

Ahmad Hossen Khudurun avait dénoncé un conseiller du ministère de la Jeunesse et des sports et des membres du Mauritius Sports Council, pour corruption.

«To pé mars ek PTr ek bann-la osi pa pou rési tir twa ladan. Get bien…» La lettre de menaces lui a été livrée à son domicile, à St-Pierre. Ahmad Hossen Khudurun, qui avait dénoncé un conseiller du ministère de la Jeunesse et des sports en 2016 dans un cas de corruption impliquant le Mauritius Sports Council (MSC), l’a découverte en rentrant chez lui.

Il a fait une «Precautionary measure», ce mardi 22 mai, en présence de son homme de loi, au poste de police de St-Pierre. Ahmad Hossen Khudurun dit avoir reçu la lettre de menaces, le 15 mai. «Pé dir twa aret to zafer met tou dimounn ki pa bizin so nom dan to case, to bann posts antigouvernman lor Facebook», peut-on lire dans le document. «J’ai attendu l’arrivée de mon avocat pour pouvoir solliciter la police.»

C’est en 2016 que les ennuis d’Ahmad Hossen Khudurun ont commencé. L’habitant de St-Pierre, qui a sa propre maison de production de vidéo, avait expliqué à l’Independent Commission against Corruption qu’il avait été sollicité par le MSC pour la production d’un clip sur les nominés des National Sports Awards. Il devait soumettre une cotation pour la somme de Rs 176 000.

Bouteille de whisky et Rs 15 000

Suivant une réunion au MSC, un des membres lui aurait dit que le contrat lui serait alloué. «Après avoir reçu un appel me disant que le board n’a pas eu ma cotation, un des membres m’a dit de diviser la cotation car il y a un appel d’offres moins cher que le mien. Une autre personne est également intervenue, me demandant une bouteille de whisky car ils ont tout fait pour que mon offre soit acceptée», a-t-il allégué.

Au dire d’Ahmad Hossen Khudurun, un membre du MSC lui aurait également réclamé une somme de Rs 15 000, indiquant l’avoir aidé à décrocher le contrat. «J’ai tout de suite compris que c’était de la corruption.»

Ahmad Hossen Khudurun soutient en avoir informé le ministre de tutelle d’alors, Yogida Sawminaden. «Il m’a dit de ne pas porter cette affaire devant la justice et m’a proposé de me venir en aide financièrement si j’en ai besoin», avait-il allégué.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires