State Investment Corporation: Jairaj Sonoo nommé Chairman

Avec le soutien de
Jairaj Sonoo a une longue carrière au sein du secteur bancaire.

Jairaj Sonoo a une longue carrière au sein du secteur bancaire.

Grand retour de Jairaj Sonoo dans le secteur public. L’ancien patron de la State Bank of Mauritius a été nommé, hier, lundi 21 mai, président de la State Investment Corporation (SIC). Il remplace Ayub Hussein Nakhuda qui a quitté ses fonctions vendredi 18 mai. 

Jairaj Sonoo a débuté sa carrière à la SBM en 1979. Au fil des années, il gravit les échelons au sein de l’institution bancaire et cumule les responsabilités jusqu’à sa nomination comme Manager du bureau de Port-Louis. En 2006, la SBM l’envoie en Inde pour y prendre les rênes des différentes branches de l’institution. 

De retour à Maurice en 2008, Jairaj Sonoo est nommé à la tête du conseil d’administration de la SBM et gère aussi le département d’Asset Management. En 2010, il intègre la Bramer Bank pour occuper le poste de directeur général. 

Deux ans après, il effectue son grand retour à la SBM, dans le fauteuil de Chief Executive Officer. En août 2016, il est nommé Chief Executive Overseas Expansion jusqu’à sa retraite en 2017. 

Toutefois, Jairaj Sonoo s’est retrouvé mêlé à une affaire de terrains surévalués par la SBM juste avant son départ. Il s’agit de l’acquisition de deux portions de terrain d’une superficie de 12 arpents, l’une par un conseiller de l’ancien gouvernement et l’autre par un gérant d’un restaurant à Flic-en-Flac. Jairaj Sonoo avait été suspendu de ses fonctions le jour même où il a fait valoir ses droits à la retraite


Ayub Hussein Nakhuda : «I did my best»

Ayub Hussein Nakhuda a, lui, quitté ses fonctions vendredi, le gouvernement ayant mis un terme à son contrat. Il occupait les fonctions de Chairman depuis février 2015. Il avait été chaudement recommandé par Dev Manraj, ayant travaillé de nombreuses années au sein du ministère des Finances.

En apprenant que son contrat ne serait pas renouvelé, Ayub Hussein Nakhuda s’était résigné. «Avec la venue d’un nouveau directeur (NdlR, Prem Beejan), il fallait avoir un nouveau président.» 

Il devait ajouter qu’il n’a rien à se reprocher. «I did my best. À présent, la nouvelle équipe apportera de nouvelles idées pour la bonne marche de la SIC.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires