Mort sur voie publique à Rose-Belle: Rakesh Nepal étranglé

Avec le soutien de
 L’accusé avait porté plainte à la Commission des droits de l’homme pour brutalité policière commise par l’équipe de Prem Raddhoa.

 L’accusé avait porté plainte à la Commission des droits de l’homme pour brutalité policière commise par l’équipe de Prem Raddhoa.

«Compression of the neck.» C’est le constat du rapport d’autopsie produit par le Dr Sudesh Kumar Gungadin, en cour intermédiaire, ce lundi 21 mai. Cela, dans le cadre du procès intenté à Marie Georgie Jemmy Bizoire, pour coups et blessures ayant entraîné la mort, vol et possession d’articles volés.

Cette affaire remonte au 4 mars 2007, à Kulpoo Lane, Rose-Belle. Le menuisier de 30 ans est accusé d’avoir infligé des coups et blessures sur la personne de Rakesh Nepal. Mais ces blessures ont causé la mort de cet homme. L’accusé aurait également volé Rs 3 300 à la victime, sur la voie publique.

Appelé à la barre, le médecin-légiste a expliqué que la victime a été étranglée. Mais à une question de Me Kevin Lukeeram, qui représente la défense, il dit ne pas pouvoir confirmer si c’est l’accusé qui a étranglé la victime.

Le Dr Gungadin a également indiqué avoir examiné Marie Georgie Jemmy Bizoire deux jours après l’incident et que l’accusé ne portait aucune trace de blessures. Le constable Ramroop a, quant à lui, indiqué que lors de l’exercice de prise de photos, la victime était pieds-nus.

Equipe Raddhoa

Une fouille a également été effectuée chez l’accusé où, selon un témoin de la police, une somme de Rs 3 300 a été retrouvée. Sauf que le témoin dit ne pouvoir confirmer si l’argent provient d’un crime ou pas. Le procès se poursuivra demain, mardi le 22 mai.

Pour rappel, c’est un procès qui avait démarré en 2011 en Cour intermédiaire. L’avocat de Marie Georgie Jemmy Bizoire avait demandé l’arrêt des procédures, affirmant que le Directeur des poursuites publiques (DPP) n’avait pas en sa possession tous les documents avant de prendre la décision d’intenter un procès. «Notre client a porté plainte à la Commission des droits de l’homme pour brutalité policière commise par l’équipe Raddhoa et nous demandons l’arrêt du procès», avait martelé la défense.

La cour avait accédé à cette demande, mais le DPP avait fait appel de cette décision. Le procès a redémarré à la suite de la décision de la Cour suprême, tranchant en faveur du DPP.

L’accusé a retenu les services de Mes Kevin Lukeeram et Avinash Bissessur. 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires