Dilshad, 21 ans, pilote automobile

Avec le soutien de
À 21 ans, elle était la seule représentante de la gent féminine au Slalom, compétition organisée par le Motor Racing Club début mai.

À 21 ans, elle était la seule représentante de la gent féminine au Slalom, compétition organisée par le Motor Racing Club début mai.

Les femmes ne savent pas conduire ? Les machos devront revoir leur jugement car certaines sont même des as du volant. À l’instar de Dilshad Deenmohamed. À 21 ans, elle est la seule représentante de la gent féminine au Slalom, une compétition organisée par le Motor Racing Club début mai. En route.

Cette habitante de Glen Park, Vacoas, a toujours eu une passion pour les sports mécaniques. Depuis qu’elle est toute petite, elle voue une fascination aux voitures. Sans doute est-ce les gènes, puisque son papa, Ally, ainsi que ses frères, Nishad et Arshad, sont aussi des férus d’automobile. Le rêve de la jeune femme : participer à un rallye…

D’ailleurs, cela n’a jamais posé problème au sein de la famille, qui, bien au contraire, l’encourage. Dilshad a également rejoint un groupe appelé We-Speed, au sein duquel les membres partagent leur amour pour les voitures.

Après ses études secondaires au SSS de Vacoas, dès l’âge de 18 ans, Dilshad avait déjà son permis entre les mains. «Je suis fière car je n’ai jamais eu recours à un moniteur d’auto-école», souligne-t-elle. Durant la même année, elle agissait comme copilote dans une compétition à laquelle participaient Nishad et Arshad.

Pratiquer ce sport n’est, cependant, pas donné à tout le monde. «Mon père a arrêté, faute de moyens, et même mes deux frères ont quelque peu mis de côté leur passion à cause des finances. Pour chaque étape, pour chaque compétition, nous avons besoin de sponsors et c’est là où le bât blesse», souligne Dilshad. Du coup, quand elle n’est pas dans le cockpit, Dilshad est au bureau. Elle est employée au sein de l’administration dans une compagnie privée.

Mais en vraie fonceuse, elle ne compte pas pour autant baisser les bras. Depuis l’année dernière, elle est la seule qui participe au Slalom. Et cette année, elle est arrivée en troisième position dans la catégorie des 1 300 cc et a pris la 36e place au classement général, alors que la compétition comptait une cinquantaine de participants. «Les gens étaient surpris de constater que c’était une fille qui pilotait la voiture», rigole Dilshad.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires