Escapade d’un centre de détention: «stressé», Kusraj Lutchigadoo voulait «prendre l’air»

Avec le soutien de
Kusraj Lutchigadoo (à g.) et Ashish Dayal, à l’issue  de leur interrogatoire aux Casernes centrales, hier, samedi 19 mai.

Kusraj Lutchigadoo (à g.) et Ashish Dayal, à l’issue  de leur interrogatoire aux Casernes centrales, hier, samedi 19 mai.

Pendant plus de trois heures, hier, samedi 19 mai, Kusraj Lutchigadoo et Seewoosing Dayal, dit Ashish, ont été interrogés dans les locaux du Central Criminal Investigation Department (CCID). Les deux hommes, qui étaient au centre de détention de Vacoas dans la soirée du 23 avril, ont été «remis en liberté» pendant une heure avant de regagner leur cellule.

Ils ont été appelés à s’expliquer sur les circonstances dans lesquelles leurs cellules ont été ouvertes. Kusraj Lutchigadoo a, en présence de son homme de loi, Me Samad Golamaully, confirmé aux enquêteurs qu’il a effectivement été autorisé à quitter la sienne entre 21 h 15 et 22 h 15 pour «respirer». 

C’est en compagnie du policier responsable de ce centre de détention qu’il dit avoir quitté Vacoas, à bord d’un véhicule de couleur blanche, pour effectuer une «virée». Kusraj Lutchigadoo affirme qu’il n’a rien fait d’illégal. Il a déclaré avoir fait part à ce policier du stress accumulé depuis qu’il est en détention et a formulé une demande pour aller prendre un peu d’air. C’est ainsi, dit-il, que ce policier lui aurait proposé de lui faciliter la tâche… 

Mystère autour de l’homme au capuchon

Pendant l’interrogatoire de Kusraj Lutchigadoo, les enquêteurs sont, toutefois, restés sur leur faim. Notamment concernant la destination ou encore le nom du conducteur du véhicule à bord duquel il se trouvait. Qui plus est, un individu portant un capuchon était venu le remplacer dans sa cellule pendant son absence… Qui était-ce ? Encore une fois, le suspect ne leur a pas donné d’indice. Quoi qu’il en soit, Kusraj Lutchigadoo n’a pas incriminé les deux autres policiers qui étaient de service de jour-là. 

Comme Kusraj Lutchigadoo, Ashish Dayal s’est contenté de dire que c’est le même policier qui lui a remis les clés des cellules pour qu’il ouvre la sienne et celle de Lutchigadoo. Il a, lui aussi, déclaré qu’il ignorait tout de l’identité de l’homme au capuchon qui était venu remplacer celui-ci dans sa cellule. 

Les hommes de l’assistant commissaire de police Devanand Reekoye et du surintendant de police Seeparsad Mannaram  du CCID veulent tirer cette affaire au clair et connaître la réelle motivation ayant poussé Kusraj Lutchigadoo à quitter sa cellule. Aurait-il rencontré une VVIP ? Serait-il sorti pour fabriquer des preuves afin de brouiller les pistes dans une affaire de drogue ? 

Informations «damning» contre les policiers

En attendant de trouver les réponses, le CCID s’intéresse également aux faveurs qui auraient été accordées à ce détenu. Après leur interrogatoire, hier, les deux suspects ont été reconduits en cellule au centre de détention d’Alcatraz, aux Casernes centrales. Vendredi, l’inspecteur responsable du centre de détention et les trois policiers qui étaient de service dans la soirée du 23 avril ont été appelés à donner leur version des faits.

D’ores et déjà, les enquêteurs du CCID considèrent comme étant «damning» les informations récoltées contre les trois policiers. Au quartier général de la police, on affirme que des sanctions sévères pourraient être prises contre eux. 

Ils risquent d’être interdits de leurs fonctions dans un premier temps, puis arrêtés avant qu’une demande ne soit formulée auprès de la Public Service Commission et la Disciplined Forces Service Commission afin qu’ils soient congédiés. Il est d’ailleurs prévu que l’un de ces trois policiers, qui était responsable de ce centre de détention, soit de nouveau convoqué au CCID en début de semaine. 


 

Dayal et Lutchigadoo arrêtés pour trafic de drogue

Ashish Dayal est celui qui a fait tomber Rudolf Dereck Jean Jacques, dit Gro Derek. Il était, par la suite, devenu le témoin vedette dans cette affaire et n’a pas été poursuivi. Toutefois, il s’est retrouvé impliqué dans une autre affaire de drogue en 2016, lors de laquelle le policier Arvind Hurrychurn a été arrêté pour importation de deux kilos d’héroïne. Ce dernier a été retrouvé mort dans cellule, il se serait suicidé par pendaison. Depuis son arrestation dans cette affaire, Ashish Dayal est toujours en détention. 

Quant à Kusraj Lutchigadoo, il avait été arrêté dans la soirée du 30 mars au cours d’une opération de l’Anti-Drug and Smuggling Unit, à Triolet. Lors d’un raid dans une maison, cet habitant de route Bassin, Quatre-Bornes, connu des services de police, a été appréhendé. Il avait en sa possession un kilo de drogue synthétique. La somme de Rs 301 380, soupçonnée de provenir de la vente de drogue a également été saisie, de même que 12 boîtes de thé vert, de l’acétone et de la benzine. 
 

Publicité
Publicité

Comment ce détenu a-t-il pu quitter le centre de détention de Vacoas «pour prendre l’air» ? Avec la complicité de policiers et d’amis. Retrouvez notre série d’articles ainsi que notre vidéo retraçant toute cette affaire.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires