Vol de bijoux: «Madame Cabas» pris la main dans le sac

Avec le soutien de
Bimla Ramloll a été arrêtée hier pour avoir volé des bracelets en or d’une valeur de Rs 110 700 dans une bijouterie à Rose-Belle.

Bimla Ramloll a été arrêtée hier pour avoir volé des bracelets en or d’une valeur de Rs 110 700 dans une bijouterie à Rose-Belle.

En liberté depuis sept mois, Bimla Ramloll a été arrêtée pour vol de bijoux le vendredi 18 mai. L’ex-conseillère municipale de Quatre-Bornes ajoute une nouvelle corde à son arc, étant déjà accusée de trafic d’influence et d’escroquerie…

Elle ajoute un nouveau délit à son palmarès. Déjà accusée de trafic d’influence dans le cadre de l’octroi des étals du marché de Quatre-Bornes et d’escroquerie dans l’affaire Sunkai, Bimla Ramloll, 46 ans, aussi connue comme «madame Cabas», a été arrêtée par la police de Rose-Belle le vendredi 18 mai, suivant le vol de six paires de bracelets en or d’une valeur de Rs 110 700 dans une bijouterie à Rose-Belle.

En liberté depuis sept mois, l’ex-conseillère municipale de Quatre-Bornes et secrétaire de la société Sunkai Co. Ltd est détenue au poste de police de Camp-Diable. Outre l’accusation provisoire de vol, Bimla Ramloll devra aussi faire l’objet d’une accusation provisoire de possession d’arme offensive et d’un Federal Streamer, soit d’un appareil dangereux prouvant relâcher une substance nocive. Elle sera présentée devant la Bail and Remand Court, ce matin.

Bimla Ramloll est poursuivie pour plusieurs affaires, dont une devant la cour intermédiaire pour escroquerie de Rs 753 857 800 au préjudice de plusieurs personnes entre septembre 2012 et mars 2013 à Beau-Bassin. Elle avait invité les membres du public à investir dans la compagnie Sunkai, en leur promettant que leur argent sera placé dans d’autres business, avec un retour sur investissement plus élevé. Or, il s’est avéré que c’était un plan frauduleux et que l’argent que ces personnes avaient confié à la compagnie Sunkai n’avait jamais été investi.

C’est aux alentours de 13 h 15, hier, que cette habitante de Blue-Bay s’est rendue dans une bijouterie à la route Royale de Rose-Belle. Vêtue d’un hijab, afin de passer inaperçue, Bimla Ramloll s’est présentée à l’épouse du propriétaire de la bijouterie comme étant une touriste venant d’Abu Dhabi. Avant de signifier son intention d’acheter des bracelets en or.

La responsable de la bijouterie devait alors retirer une paire de bracelets de la vitrine. La «touriste» a ensuite demandé à les essayer. Et les a passés au poignet gauche avant de demander à essayer deux autres paires. Puis, elle a pris son téléphone portable et son sac à main, avant de lancer à la responsable de la bijouterie : «I am going.» Elle quitte ensuite la bijouterie sans payer.

S’est ensuivie une course poursuite dans les rues entre la responsable de la bijouterie et la «touriste». Mais la première nommée devait se retrouver au sol à un certain moment. Alors qu’il rentrait chez lui, le policier Agathe devait intervenir et procéder à l’arrestation de la suspecte. Les policiers Jean Baptiste et Fullee, qui étaient, eux, en patrouille, sont venus prêter main-forte à leur collègue.

Conduite au poste de police de Rose-Belle, la suspecte devait donner un faux nom avant de révéler sa vraie identité. Elle a ensuite été fouillée par deux policières et son sac à main vidé. Outre les bijoux volés, les policiers ont eu en sa possession un couteau avec une lame longue de 14 cm, une bombe lacrymogène de la marque Nato, un flacon contenant du chloroforme, deux cagoules, une torche électrique, six paires de gants chirurgicaux et une écharpe. Soumise à un interrogatoire serré, Bimla Ramloll devait avouer avoir commis un cas de vol similaire à Mahébourg.

Le chef inspecteur Dhurmasingh Ramessur et l’inspecteur Khemrazdev Joyeprakash du poste de police de Rose-Belle devaient monter une opération sur le terrain pour retracer les «complices» de Bimla Ramloll, qui seraient au nombre de deux. Entre-temps, la Criminal Investigation Division (CID) de Rose-Belle est venue prendre le relais. Celle-ci est menée par le surintendant de police Jean Claude Pédre, responsable de la CID de la division Sud. En fin d’après-midi hier, une descente a été effectuée au domicile de la suspecte. L’enquête dans cette affaire est placée sous la supervision de l’assistant commissaire de police Chandansing Ramsurrun, le divisional commander de la division Sud.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires