MMM: douze membres ne se représenteront pas au comité central

Avec le soutien de
Steve Obeegadoo, Françoise Labelle et six autres membres dissidents du comité central face à la presse ce vendredi 8 mai.

Steve Obeegadoo, Françoise Labelle et six autres membres dissidents du comité central face à la presse ce vendredi 8 mai.

«Des élections épuration.» Douze membres du Mouvement militant mauricien (MMM) ne seront pas candidats aux prochaines élections du comité central. Ces militants estiment que ce suffrage sera «anticonstitutionnel, faussé, injuste, ni libre, ni transparent». 

La commission de la démocratie du MMM, sous l’égide de Steve Obeegadoo, tenait une conférence de presse, ce vendredi 18 mai. Elle a annoncé qu’une partie des membres sortants ne seront pas candidats aux élections du comité central, le 24 juin. 

Ce sont : Steve Obeegadoo, Françoise Labelle, Sheila Babajee, Khalil Bengah, Sunil Foolchund, Kervin Ramma, Selvie Ramen, Sarita Ramloll, Vinaye Sobrun, Dominique Soopramanien, et deux vétérans, Moorgesh Veerabadren, président de la General Workers Federation dans les années 80, du régional n°5 et Atma Taucoory qui a siégé 30 ans au comité central. Huit d’entre eux étaient présents à la conférence de presse. 

De vrais militants

«Ce sont de vrais militants depuis très longtemps. Ils comptent parmi 12 membres qui ont signé une lettre ouverte» pour dénoncer ces élections. Elle a été déposée au quartier général du parti. Ils ont l’intention de ne pas être candidats «sur une question de principe», explique Steve Obeegadoo. «C’est une action sans précédent.» C’est aujourd’hui la date butoir pour la soumission des noms des candidats.

Ces militants se disent convaincus que ces élections ne seront ni libres, ni démocratiques ou transparentes. «Pourtant, le MMM dit qu’il est le parti le plus démocratique au monde.» Il faut donc commencer à donner l’exemple de l’intérieur. 

Une task force, présidée par Françoise Labelle, avait été créée après les élections générales de 2014 pour assurer une vraie démocratie. Elle a remis son rapport en 2016 : les branches sont dépassées, il faut mettre en place un comité des sages, étaient ses propositions. Mais celles-ci ont été rejetées. Et le MMM a perdu la partielle à Belle-Rose Quatre-Bornes, en 2017. 

Il y a eu une levée de boucliers. Le leader, Paul Bérenger avait proposé les élections du comité central pour fin juillet. Pradeep Jeeha a donné avis d’appel de son expulsion du parti et le leader a avancé les élections à fin juin. «Mais ces élections sont anticonstitutionnelles, faussées d’avance parce que Françoise Labelle a décelé des failles dans les branches. Les élections seront sous surveillance. Nous refusons de cautionner ces élections. Ce sera une épuration.» Le but est de «couper la tête de tous ceux qui sont contre le leader». «Ce n’est pas le MMM auquel j’ai choisi d’adhérer. Nous ne reconnaissons pas ce que le MMM est devenu.»

Quant à Françoise Labelle, elle dit ressentir un «sentiment de tristesse». Elle a expliqué ses propositions pour des élections démocratiques, avec «une base de données viable».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires