Rs 15M à Dayal pour licenciement injustifié: Yatin Varma parle de «gros scandale»

Avec le soutien de
Yatin Varma explique que lorsqu’il était Attorney General, il a étudié cette affaire. Celle-ci ne tient pas la route, clame-t-il.

Yatin Varma explique que lorsqu’il était Attorney General, il a étudié cette affaire. Celle-ci ne tient pas la route, clame-t-il.

«Il n’y avait absolument aucune raison de trouver un accord à l’amiable.» Sur ce point, l’ex-Attorney General, Yatin Varma, est catégorique. Il dénonce les Rs 15 millions que Raj Dayal a obtenues après avoir trouvé un accord avec l’État en mars dernier.

L’ex-ministre de l’Environnement réclamait, en fait, Rs 1 140 000 000 suivant sa destitution comme commissaire de police en janvier 2000. Dans un premier temps, l’État lui avait offert des dommages de Rs 5 millions, mais Raj Dayal avait refusé. Suivant d’autres négociations, l’ancien commissaire de police a fini par accepter la proposition de l’État. L’accord a été paraphé en mars, devant le juge Bobby Madhub, siégeant à la Mediation Court.

Cette affaire, Yatin Varma y est familier. «J’ai travaillé dessus lorsque j’étais Attorney General.» Et pour lui, une chose est sûre : «It’s a frivolous case!» D’ailleurs, fait-il valoir, «les autres avocats du bureau de l’Attorney General étaient du même avis».

Tout cela le pousse à dire qu’«il s’agit d’un gros scandale».

Suspendu de novembre 1997 à janvier 2000

Le 1er septembre 1994, Raj Dayal est nommé commissaire de police sous le gouvernement de sir Anerood Jugnauth. Trois ans après, le 23 novembre 1997, il est suspendu de ses fonctions, suivant une commission d’enquête instituée par l’ancien président de la République, Cassam Uteem, en octobre 1997. Présidée par le Senior Puisne Judge d’alors, Bernard Sik Yuen, la commission devait enquêter sur les allégations de corruption entachant la force policière.

Raj Dayal refusant de démissionner, c’est finalement un conseil constitutionnel, présidé par l’ancien chef juge Rajsoomer Lallah, qui le destituera de sa fonction en janvier 2000. En octobre 2011, il décide de poursuivre l’État.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires