Arts & culture: tendre à nouveau la main

Avec le soutien de
La Bibliothèque nationale (ci-dessus), le Centre Nelson Mandela pour la culture africaine (en haut à dr.) et le Beekrumsing Ramlallah Interpretation Centre.

La Bibliothèque nationale (ci-dessus), le Centre Nelson Mandela pour la culture africaine (en haut à dr.) et le Beekrumsing Ramlallah Interpretation Centre.

Après les artistes, les institutions. En cette saison de consultations prébudgétaires, le ministère des Arts et de la culture et tous ses corps paraétatiques ne sont pas en reste. Quelles sont les priorités pour la prochaine année financière ? Entre réticences et attentisme, ce sont souvent les mêmes projets qui reviennent, d’une année à l’autre, sur la wish list.

Le Premier ministre a prévenu, quand il a rencontré les artistes la semaine dernière, dans le cadre de la préparation du Budget : «L’art et la culture, depuis des années et des années, ont toujours été un secteur difficile. Nous voulons donner une plus grande considération aux artistes en général. Mais nous n’avons pas autant de finances pour soutenir toutes les attentes de ce secteur. Ce qui est important, c’est de voir comment continuer à faire des progrès parce que nous ne pouvons pas tout faire d’un seul coup.»

Pradeep Roopun, ministre des Arts et de la culture : «Je suis là depuis un an. De façon très humble, j’essaye de faire de sorte que l’on considère les arts et la culture avec un nouveau regard.» Le ministre affirme qu’il tente de développer de nouvelles relations avec la communauté des artistes. «Elle ne voit pas toujours quelle est la pertinence des aides que nous proposons.» Exemple : «On va revoir la vitesse à laquelle les officiers traitent les demandes de subventions des artistes», dit le ministre. «Que tout cela soit fait avec plus de discernement.» 

Aapravasi Ghat Trust Fund (AGTF) : Deux projets sont en attente. Cela concerne d’abord la deuxième phase du Beekrumsing Ramlallah Interpretation Centre (BRIC). La première partie de ce centre d’interprétation a été inaugurée le 2 novembre 2014. Le point crucial c’est le lieu où l’AGTF souhaite abriter la deuxième partie du centre d’interprétation. Il s’agit de l’entrepôt appartenant à United Docks, situé sur le port, juste en face du BRIC. Le même entrepôt qui avait, un temps, été choisi pour abriter le musée de l’esclavage. Le projet comprend aussi un food court avec des plats d’antan.

La seconde proposition de l’AGTF concerne les anciennes barracks de travailleurs engagés, à Trianon. Si la rénovation du bâtiment a été retardée à cause d’une pénurie de chaux, on souhaite maintenant y installer un son et lumière relatant la vie des engagés. 

Le Morne Heritage Trust Fund : Parmi les attentes figure la réalisation d’un village pour apporter de la valeur ajoutée à ceux qui escaladent la montagne. Le Trust Fund souhaite contribuer au développement des communautés locales en apportant un soutien – non financier - aux habitants du Morne. 

Mauritius Museums Council : Améliorer la visibilité des musées, en ligne. La finalité est de faire un site Internet étoffé pour donner le maximum d’informations sur les musées. 

Bibliothèque nationale : Cette institution, gardienne de tous les journaux et des livres publiés à Maurice tient un projet à cœur. C’est d’avoir enfin les financements pour démarrer la numérisation des documents. Cela fait cinq ans que cette demande est régulièrement formulée. La numérisation ne concerne pour l’heure que les Archives nationales. 

Mauritius Film Development Corporation : Dans le sillage du Film Promotion Fund, l’institution souhaite soutenir davantage les producteurs locaux. 

Centre Nelson Mandela pour la culture africaine : C’est le plus ancien centre culturel. S’il existe depuis 1986, il n’occupe ses locaux à La Tour Koenig que depuis février 2011. Mais le manque d’espace se fait déjà sentir. Le centre souhaite être doté d’un auditorium.

Creole Speaking Union : Le kreol a fait son entrée au collège. Comme il y a un manque d’ouvrage pour la consultation, la Speaking Union souhaite avoir les moyens pour rééditer des ouvrages de référence tels : Essais d’un bobre africain de François Chrestien et Le folklore de l’île Maurice de Charles Baissac.

Bhojpuri Speaking Union : Pour l’heure, il y a eu une seule édition du Mahotsav (grand festival). C’était en 2014. La manifestation n’a pas été rééditée faute de financements. 

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires