Agression sexuelle: levée de boucliers contre le «frotteur» du Robert

Avec le soutien de
Dans les autobus ou autres transports en commun, des passagers en profitent parfois pour se frotter à d’autres sans leur consentement.

Dans les autobus ou autres transports en commun, des passagers en profitent parfois pour se frotter à d’autres sans leur consentement.

Frotteur, «une personne qui recherche les contacts érotiques en profitant de la promiscuité dans les transports en commun». Il s’agit là de l’un des nouveaux mots qui font leur entrée dans l’édition 2019 du dictionnaire Le Robert.

Mais voilà. Cette définition est loin de faire des heureux. Plusieurs associations féministes décrient, en effet, le terme «érotique». Insistant sur le fait que ces contacts n’ont rien d’érotique et qu’il s’agit bel et bien d’une agression sexuelle. Elles s’appesantissent également sur l’absence de consentement, notion qui ne figure pas dans la définition du frotteur. Plusieurs messages en ce sens ont été adressés à l’équipe de communication du Robert.

Du côté de l’éditeur du Robert, on parle d’«imprécision» et non d’erreur. Concédant que la définition est «trop implicite». La version revue et corrigée du frotteur ne sera toutefois pas disponible dans l’édition 2019 du dictionnaire, mais dans celle de 2020. 

C’est le 16 mai et le 28 juin, respectivement, que le Robert illustré et Le Petit Robert, paraîtront. Parmi les nouveaux mots qui y font leur entrée, citons dégagisme, antisystème, cyberdéfense, cybersécurité, darknet, grossophobie, queer, trans, ou encore infobésité, rançogiciel, hacktivisme.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires