Air Mauritius: 12 vols en sous-effectif jusqu’au 31 mai

Avec le soutien de
Air Mauritius serait en manque de commandants et de copilotes.

Air Mauritius serait en manque de commandants et de copilotes.

Si Air Mauritius (MK) persiste et signe qu’il n’y a pas de manquement au niveau du nombre d’effectif, le planning de l’équipage pour ce mois montre le contraire. Aujourd’hui, il manquerait deux copilotes et un commandant pour les vols MK 748, MK 034 et MK 852 respectivement. Les vols opèrent en sous-effectif depuis le 9 mai. Cette tendance devrait se poursuivre jusqu’au 31 mai. Il manquerait, au total, du personnel sur 23 vols pour tout le mois de mai.

Des commandants seraient indisponibles pour les vols MK 034 du 16 mai, MK 034 du 24 mai et MK 688 du 27 mai. Il y aurait également un manque de copilotes pour les vols MK 843 du 27 mai, MK 238 du 28 mai, MK 288 du 29 mai et MK 843 le même jour. Le vol MK 034 du 30 mai n’aurait, jusqu’ici, aucun commandant. Enfin, il n’y aurait  pas de copilotes à bord du vol MK 534 du 31 mai. Un état de choses qui fait tiquer un professionnel de l’aviation. «Cela démontre qu’il y a un manque de pilotes alarmant qu’on nie tous les jours.»

Il précise que les vols long-courriers nécessitent la présence d’au moins deux pilotes en permanence dans le cockpit et de tout l’équipage, au décollage, à l’atterrissage, par mauvais temps et quand l’avion survole certains territoires «difficiles». «Deux heures avant l’atterrissage, tout le monde est dans le cockpit», souligne-t-il.

Notre interlocuteur explique que le personnel doit obligatoirement se reposer à tour de rôle pendant 2 h 15 à 3 heures. «Un vol ne peut pas être autorisé à décoller sans être équipé selon les règles de la convention internationale régissant le transport aérien», soutient le professionnel. Et d’ajouter que cela est considéré comme une faute grave. L’opérateur peut être puni, ou encore être interdit d’opérer sur cette destination.

Cette situation engendrerait la reprogrammation des vols. Pour notre interlocuteur, la situation est devenue maintenant chronique au lieu d’être exceptionnelle. «Le roster de l’équipage se fait bien à l’avance. Ce n’est pas difficile car les pilotes ont des jours de repos obligatoires après des vols et un nombre limité d’heures de vols par mois», indique-t-il. Il estime que pour faire opérer ces vols aux dates indiquées, il faut faire «des acrobaties» au dernier moment. La méthode utilisée ? Supplier des volontaires, contourner des règles, négocier leurs vacances, faire des promesses, entre autres, créant ainsi une situation malsaine.

Interrogé, Somas Appavou, Chief Executive Officer de MK, nie catégoriquement tout manque de pilotes au sein de la compagnie. Selon lui, deux événements majeurs, soit la réparation de l’A340 et la maintenance non planifiée de l’A350, ont chamboulé les vols. Ceux-là ont aussi modifié le roster des pilotes afin qu’ils s’adaptent à ce contretemps. Il affirme que MK dispose d’une petite flotte d’avions et de pilotes. Du coup, dit-il, il faut s’adapter au planning des avions et à la situation par exemple, les cyclones.

«On doit s’arranger pour que les avions partent. Les événements des dernières semaines ont un effet boule de neige sur les vols programmés, de même que sur le roster des pilotes», a-t-il déclaré, hier. «C’est l’instabilité des programmes de vols qui est à l’origine de la problématique. On continue de recruter des pilotes, et cela, régulièrement depuis le début de l’année. Ce processus de recrutement continuera.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires