Allégations: Roshi Bhadain poursuit Patrick Assirvaden

Avec le soutien de
Roshi Bhadain accuse Patrick Assirvaden d’avoir tenu des propos diffamatoires à son encontre.

Roshi Bhadain accuse Patrick Assirvaden d’avoir tenu des propos diffamatoires à son encontre.

Rs 50 millions. C’est ce que réclame Roshi Bhadain à Patrick Assirvaden. L’ex-ministre des Services financiers affirme que le président du Parti travailliste a fait des allégations qu’il estime «unlawful and malicious» à son encontre, l’année dernière. Il lui a servi une mise en demeure vendredi.

C’est à Belle-Rose, le 15 décembre 2017, soit trois jours avant la partielle au numéro 18, que Patrick Assirvaden aurait tenu des propos diffamatoires contre le leader du Reform Party. Abordant plusieurs affaires, dont BAI, Betamax et Heritage City, il aurait ciblé Roshi Bhadain.

«Missié Bhadain vini avek vanzans, avek Anerood Jugnauth, avek PMSD, avek Soodhun. Kraz Iframac, vann loto, partaz so loto (NdlR, Dawood Rawat), partaz so dibyin», aurait soutenu Patrick Assirvaden. Il l’aurait aussi accusé d’avoir empoché de l’argent sur les ventes des actifs du Chairman de l’ancien groupe BAI, fait ressortir le leader du Reform Party dans sa plainte.

Il aurait aussi remis en question le contrat avec Stree Consulting pour le projet Heritage City. «Bé lamoné Stree Consulting mem, Bhadain bizin vinn dir, eski li dan campagn éléktoral ?» aurait-il dit. Il aurait également fait ressortir que l’ex-ministre des Services financiers a dépensé «plus de Rs 10 à 12 millions» dans la campagne électorale en marge de la partielle.

Des allégations que Roshi Bhadain a réfutées dans sa mise en demeure hier. Il a expliqué qu’il n’avait aucune raison de se venger contre Dawood Rawat et qu’il n’avait pas la capacité de résilier le contrat de Betamax. De même pour le cas de Stree Consulting. «These are totally false, malicious and vexatious allegations, which are completely baseless», soutient-il.

Sollicité hier soir, Patrick Assirvaden a avancé n’avoir pas encore pris connaissance de la mise en demeure de l’ancien ministre. Il a donc refusé de commenter l’affaire. 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires