Négociations salariales à Air Mauritius: le personnel au sol satisfait

Avec le soutien de
L’intersyndicale d’Air Mauritius, qui regroupe le personnel au sol, a accepté la révision salariale proposée par la compagnie.

L’intersyndicale d’Air Mauritius, qui regroupe le personnel au sol, a accepté la révision salariale proposée par la compagnie.

«La question de la grève ne se pose pas pour le moment.» Selon le négociateur syndical Jack Bizlall, l’intersyndicale d’Air Mauritius, regroupant le personnel au sol, est satisfait de l’augmentation salariale que leur propose la direction. Il était face à la presse, ce vendredi 11 mai.

L’accord salarial est comme suit : 10% payables à partir du 1er avril 2015 et 4 % additionnels payables à partir du 1er avril 2018, sur les salaires révisés de mars 2018. «Lors d’un vote décisionnel à l’aéroport, ce matin, les employés ont accepté à l’unanimité ces propositions», explique Jack Bizlall.

Reste, maintenant, la question du paiement des arriérés. «C’est un problème», concède le négociateur syndical. La direction d’Air Mauritius, indique-t-il, a fait comprendre, lors des négociations, qu’elle n’a pas la capacité financière de payer et les nouveaux salaires et les arriérés. «Selon les dernières informations, les salaires de tous les employés d’Air Mauritius représentent Rs 1,6 milliard par an. Sans compter les heures supplémentaires et l’argent investi dans les fonds de pension des employés.»

L’intersyndicale, poursuit Jack Bizlall, comprend que la somme qu’il faut dégager est importante. D’où sa proposition d’échelonner le paiement des arriérés. «Les négociations avec la direction démarrent cet après-midi. Nous sommes disposés à trouver des modalités de paiement.»

Le négociateur syndical propose quelques options. La première, qu’Air Mauritius prenne un emprunt «pour rembourser sa dette envers les employés». La seconde : que l’intersyndicale et la direction surveille ensemble la situation financière de la compagnie, «ki koup tou gaspiyaz ek éshélonn payman». Autre possibilité : qu’Air Mauritius vende ses actions et ouvre ainsi son actionnariat aux employés, entre autres.

N’empêche, insiste le négociateur syndical, il faut que tous les syndicats des employés d’Air Mauritius soient sur la même longueur d’onde. «Pour régler le problème des arriérés, il faut que tous les syndicats se mettent à la même table et prennent une décision commune. Sinon nous n’y arriverons pas.»

Jack Bizlall n’a d’ailleurs pas été tendre envers l’Air Mauritius Cabin Crew Association, dont le négociateur est Reeaz Chuttoo. Le syndicat, qui représente le personnel navigant, menace de faire grève si la compagnie continue à faire la sourde oreille à leurs revendications. Pour Jack Bizlal, «il faut voir si la compagnie a la capacité de payer. C’est notre responsabilité de ne pas faire de l’opportunisme».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires