Post-affaire Platinum Card: Gurib-Fakim se retire d’une commission de l’Organisation internationale du travail

Avec le soutien de
C’est le 23 mars que la présidente de la République a démissionné.

  C’est le 23 mars que la présidente de la République a démissionné.  

Le scandale Platinum Card, mis au jour par l’express, semble poursuivre l’ex-présidente de la République. Plus d’un mois après avoir démissionné, Ameenah Gurib-Fakim s’est, cette fois, retirée d’une commission de l’International Labour Organization (ILO).

Une démission forcée ? Pas à en croire le bureau du directeur général de l’organisme. Ameenah Gurib-Fakim aurait décidé de s’en aller de son propre chef.

C’est en août 2017 que l’ex-cheffe de la République et le Premier ministre suédois Stefan Löfven ont été nommés à la tête de l’ILO Global Commission on the Future of Work. Leur mission : élaborer une stratégie en vue d’assurer une distribution plus équitable des avantages de la mondialisation, ainsi qu’un plan pour faire face aux défis auxquels est confronté le marché du travail, tels que le changement climatique, la numérisation ainsi que le vieillissement de la population.

Ameenah Gurib-Fakim aurait pu poursuivre son travail au sein de l’ILO, indiquent des sources au sein de l’organisme international. D’autant que sa nomination n’était pas rattachée à son statut de présidente de la République. Toutefois, ajoutent-elles, il s’agit, en réalité d’une question «éminemment politique».

Du coup, elle ne sera pas de la partie, le 15 mai, lorsque la Commission globale sur l’avenir du travail se réunira à Genève.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires