Leucémie: Amy de retour après 10 mois à La Réunion

Avec le soutien de
La fillette est de retour dans l’île depuis jeudi.

La fillette est de retour dans l’île depuis jeudi.

On se souvient tous d’elle. Cette petite fille pleine de vie se battant contre la maladie avait ému les Mauriciens et suscité chez eux un formidable élan de solidarité. Il y a dix mois, Amy Fanny, 4 ans, s’envolait ainsi pour l’île de la Réunion afin de suivre son traitement contre la leucémie. Un moment très dur pour la famille à l’époque, d’autant plus qu’Amy avait également contracté le virus H1N1 avant son départ, ce qui avait compliqué les démarches. Depuis jeudi, elle est de retour au pays. Un soulagement pour les Fanny, qui affirment que la fillette a «gagné une bataille mais pas la guerre».

Les dix mois d’Amy Fanny à l’île sœur ont été «intenses», à la fois psychologiquement et émotionnellement. «La chimiothérapie a été la phase la plus éprouvante. Entre les cheveux et les ongles d’Amy qui sont tombés, il y avait d’autres effets secondaires tels que les boutons ou les sautes d’humeur. Ses parents ont dû s’armer de courage. Mais nous saluons aussi le courage sans faille de ma nièce», explique Nicolas Fanny, l’oncle d’Amy donc et le «chargé de communication» de la famille.

Le bilan de ces 10 mois ? Positif. Même s’il n’y a plus de signe de leucémie, une rechute n’est pas à écarter si les traitements ne sont pas suivis à la lettre. «Amy devra se rendre chaque mois à La Réunion pendant un an. On veut s’assurer que les cellules cancéreuses sont bien parties.»

La famille veut aussi faire ressortir qu’elle a eu beaucoup de soutien à l’île sœur, tout comme à Maurice. «Il y a eu un vrai élan de solidarité, notamment avec un accompagnement psychologique des bénévoles. Être seul dans un pays sans les autres membres de la famille est aussi très démoralisant. Mais les bénévoles ne les ont pas laissé tomber dans un moment aussi difficile.» Amy, elle, garde le sourire qui a conquis le cœur de tout le monde. Elle est joviale, malgré les nombreux médicaments qu’elle doit avaler. «Elle est juste un peu moody mais ça se comprend. Elle n’est pas capricieuse, c’est juste une enfant qui ne peut pas s’exprimer. Elle fait tout pour nous donner de la force», souligne son oncle.

Le coût du traitement qu’a dû subir Amy se chiffre à plusieurs millions de roupies. «Mais nous ne pouvons pas donner le montant exact pour l’heure car nous n’avons pas encore tout comptabilisé», affirme Nicolas Fanny. Il ajoute, cependant, que la famille Fanny ne pourra jamais assez remercier toutes ces personnes qui ont aidé la petite Amy, d’une façon ou d’une autre tout au long de ce combat. «Je leur dis un grand merci en son nom…»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires